1 min de lecture MeToo

César 2020 : les murs de l'Académie recouverts de slogans anti-Polanski à Paris

À la veille de la 45e édition de la cérémonie des César, les murs de l'Académie ont été recouverts de slogans fustigeant la présence de Roman Polanski, réalisateur accusé de viols, parmi les nommés.

Roman Polanski, réalisateur du film "J'accuse"
Roman Polanski, réalisateur du film "J'accuse" Crédit : Jan Graczynski/SipaPress
Marie Zafimehy
Marie Zafimehy

Les mots sont écrits en majuscules rouges et noires. Dans la nuit de mardi à mercredi 25 février, des militantes féministes ont recouverts les murs de l'Académie des César à Paris de slogans dénonçant la présence de Roman Polanski parmi les nommés de la 45ème édition. Le réalisateur polonais, fugitif de la justice américaine, est accusé de viols par une dizaine de femmes

"Violanski, les César de la honte", "Silencier les victimes, encenser les oppresseurs, cinéma où es-tu ?", "Violanski : voulez-vous vraiment vivre dans un monde où un pédocriminel est nommé 12 fois aux César ?" peut-on lire sur les collages. 

Des slogans similaires ont été affichés sur les murs de la Salle Pleyel où se déroulera la cérémonie de récompenses du cinéma français vendredi 28 février. Le collectif à l'origine de cette campagne demande l'annulation de l'événement et "la fin de l'impunité et de la protection des violeurs", rapporte France Info.

Depuis la nomination de Roman Polanski dans douze catégories des César, les prises de position à l'encontre de l'Académie se sont multipliées. Début février, 200 membres de l'institution ont appelé à plus de transparence, et des associations féministes ont appelé à voter contre le réalisateur réfugié en Europe après avoir été condamné pour viol aux États-Unis. 

À lire aussi
Harvey Weinstein, le 26 avril 2019 MeToo
Weinstein condamné : une première victoire majeure pour #Metoo

Face aux protestations, la direction de l'Académie a remis sa démission collective le 13 février. En attendant une assemblée plénière extraordinaire au printemps, la productrice Margaret Menegoz a été nommée à la tête de l'institution. De son côté, le réalisateur nie les faits qui lui sont reprochés et sa présence à la cérémonie de vendredi reste encore incertaine.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
MeToo Cinéma César
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants