2 min de lecture Cinéma

César 2020 : des associations féministes appellent à voter contre Polanski

Dans une lettre ouverte, des associations menées par "Osez le féminisme !" demandent aux votants de César de cesser leur "hypocrisie".

Des militantes devant les cinémas lors de la projection de "J'accuse" de Polanski
Des militantes devant les cinémas lors de la projection de "J'accuse" de Polanski Crédit : AFP
Aymeric Parthonnaud
Aymeric Parthonnaud
Journaliste

Les César vivent probablement leur année la plus mouvementée depuis bien longtemps. Outre l'opacité, le manque de diversité et quelques changements de règles de dernières minutes qui irritent profondément, un homme est la cible de toutes les critiques : Roman Polanski.

Nommé 12 fois pour son dernier film J'accuse, l'honneur qui est fait au réalisateur est jugé insupportable pour beaucoup dont des associations féministes qui ont décidé de mener la lutte pour que J'accuse reparte bredouille de la cérémonie. À l'initiative d'Osez le féminisme, plusieurs associations ont publié une lettre ouverte aux votants des César. Lettre publiée dans les colonnes de nos confrères du Parisien

"Si violer est un art, donnez à Polanski tous les Césars !, commence la lettre. 12 nominations aux Césars pour le film J'accuse de Roman Polanski. 12, comme le nombre de femmes qui l'accusent de viols pédocriminels. Les associations et personnalités féministes seront là le 28 février 2020 à la cérémonie des Césars pour appeler à dire non à la célébration d'un violeur qui silencie les victimes. Par ces 12 nominations, le monde du cinéma a apporté un soutien franc et inconditionnel à un violeur en cavale, qui a reconnu avoir drogué et violé une enfant de 13 ans et a fui la justice américaine. Deux ans après #MeToo, tandis qu'aux États-Unis Harvey Weinstein risque la prison à perpétuité, en France, nous acclamons et célébrons un violeur pédocriminel en fuite."

"Nous ne pouvons pas 'séparer l'homme de l'artiste' quand Polanski lui-même, dans le dossier de presse du film, parle 'd'accusations mensongères, procédures juridiques pourries'. Personne n'est dupe. Polanski utilise sa notoriété, instrumentalise l'affaire Dreyfus pour se réhabiliter et se poser en victime alors qu'il est bourreau", continue le texte.

Plus d'hypocrisie !

À lire aussi
Nicolas Maury dans "Garçon chiffon", en salles le 28 octobre 2020 Cinéma
"Garçon chiffon" : qui est le réalisateur et l'acteur Nicolas Maury ?

Osez le Féminisme !, le Planning Familial, le Collectif Féministe Contre le Viol, Hélène Bidard (adjointe à la Maire de Paris en charge de l'égalité femmes hommes), l'Association Internationale des Victimes de l'Inceste, Mie Kohiyama (présidente de MoiAussiAmnesie), la Marche Mondiale des Femmes, les Chiennes de garde, le Collectif national pour les droits des femmes, l'association Abandon de Famille - Tolérance Zéro !, le Réseau féministe Ruptures demandent aux 4.313 votants des Césars 2020 de cesser une certaine "hypocrisie". 

"En 2018 aux Césars, vous arboriez en nombre le ruban blanc #MaintenantOnAgit contre les violences masculines. En 2019, vous souteniez Adèle Haenel, son courage et sa vérité : dépolitiser le réel, c'est le repolitiser au profit de l'oppresseur, notent-elles. (...) En 2020, vous avez la responsabilité de prendre position et de refuser de décorer un violeur pédocriminel qui se pose en victime. En 2020, ne donnez pas raison à une Académie des Césars sexiste qui invisibilise encore trop les femmes au bénéfice des agresseurs".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Cinéma Société Féminisme
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants