1. Accueil
  2. Actu
  3. Justice et faits divers
  4. Bayonne : trois médecins suspectés d’avoir escroqué 610.000 euros à la CPAM
1 min de lecture

Bayonne : trois médecins suspectés d’avoir escroqué 610.000 euros à la CPAM

Trois chirurgiens de la clinique Belharra font l'objet d'une enquête : la Sécurité sociale les soupçonne d'avoir escroqué 610.000 euros à la CPAM. Un des médecins incriminés avait déjà écopé en mars d'une interdiction d'exercer.

Sécurité sociale : une carte vitale (illustration)
Sécurité sociale : une carte vitale (illustration)
Crédit : PHILIPPE HUGUEN / AFP
Florise Vaubien

Trois chirurgiens dans le collimateur de la justice. À la suite d’une enquête interne réalisée par la Sécurité sociale, trois médecins exerçant à la clinique Belharra à Bayonne (Pyrénées-Atlantiques) sont soupçonnés d’avoir escroqué 610.000 euros à la Caisse primaire d’Assurance maladie (CPAM).

Comme le rapporte ce jeudi 2 septembre France Bleu Pays Basque, les suspects ont démenti ces accusations alors que l’établissement médical n’a fait aucun commentaire. “L’affaire concerne la relation entre des médecins libéraux et la CPAM. La clinique n’intervient à aucun moment dans cette relation”, a expliqué la clinique. 

Cela faisait plusieurs mois que la Sécurité sociale enquêtait sur ces trois praticiens qui officient dans le service thoracique et cardiovasculaire de cet établissement situé à Bayonne. Leurs contrôles ont révélé “de probables surfacturations ou actes fictifs”, détaille le 20minutes

Un chirurgien interdit d'exercer depuis des mois

Selon nos confrères, le premier médecin aurait escroqué "60.000 euros, le deuxième 110.000 euros et le dernier 440.000 euros”. Si aucune mise en examen n’a pour l’heure été décidée, la brigade financière de la police judiciaire devra confirmer ou non les actes suspects dénoncés par la CPAM et les sommes détournées. 

À lire aussi

À noter que l’un des chirurgiens soupçonnés dans cette affaire faisait l’objet d’une interdiction d’exercer depuis mars dernier pour une durée de 18 mois. En cause : un défaut de paiement de 242.000 euros de cotisations sociales à l’Urssaf d’Aquitaine. 

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/