1. Accueil
  2. Actu
  3. Justice et faits divers
  4. Affaire Luka Rocco Magnotta : le "dépeceur de Montréal" est-il un psychopathe ?
2 min de lecture

Affaire Luka Rocco Magnotta : le "dépeceur de Montréal" est-il un psychopathe ?

PODCAST - En septembre 2014, s'ouvre le procès de Luka Rocco Magnotta, accusé d'avoir tué un homme avant de poster la vidéo du meurtre sur internet et d'expédier les morceaux de son corps à différents endroits du Canada. L'un des buts de ce procès est de déterminer sa responsabilité criminelle.

Luka Rocco Magnotta escorté par la police
Luka Rocco Magnotta escorté par la police
Crédit : - / SPVM / AFP
29. Affaire Luka Rocco Magnotta : le difficile procès du "dépeceur de Montréal"
21:16
Constance Willemet & Jean-Alphonse Richard

Le 29 septembre 2014, s'ouvre le procès de Luka Rocco Magnotta, accusé deux ans plus tôt d'avoir tué un dénommé Jun Lin et d'avoir expédié les morceaux de son corps à différents endroits du Canada. Il avait également publié la vidéo du meurtre sur Internet. Le tueur reconnaît les faits mais plaide sa non-responsabilité criminelle

A-t-il prémédité puis commis délibérément son crime, ou a-t-il obéi par pulsion à une voix qui hante son esprit ? Pour répondre, la Cour visionne les vidéos de ses atrocités, reçoit les témoins de l'affaire et étudie sa personnalité.

Dans le second épisode des Voix du crime consacré à l'affaire Magnotta, le journaliste spécialiste des affaires judicaires, Michael Nguyen, revient sur les particularités de ce procès et le rôle qu'ont joué les experts pour déterminer si Luka Magnotta est atteint de schizophrénie ou s'il souffre d'un trouble de la personnalité. "C'est un personnage qui semblait très sombre, qui gardait la tête baissée. On comprend évidemment que c'est une personne qui souffrait de troubles mentaux", se souvient-il au micro de Jean-Alphonse Richard.

Jeune, il a développé des troubles de schizophrénie qui à travers le temps ont été diagnostiqués à la va-vite

Michael Nguyen

Luka Rocco Magnotta explique aux psychiatres qu'il est régulièrement sous l'emprise d'un ami imaginaire, surnommé "Manny". C'est ce dernier qui l'aurait poussé à tuer et démembrer Jun Lin. Mais ce discours ne correspond pas aux résultats de l'enquête. "Les policiers ont découvert qu'une semaine avant le meurtre, Magnotta avait fait venir quelqu'un chez lui et avait filmé quelques scènes, explique Michael Nguyen. Il l'avait drogué et mimait de le mutiler. Comme une sorte de répétition générale". 

À écouter aussi

Obsédé par la célébrité, le meurtrier a vécu une enfance difficile. Ses parents sont alcooliques et son père souffre de schizophrénie. "C'est une personne qui ne semble pas avoir été aimée par sa famille et qui semble avoir eu énormément de problèmes, raconte le journaliste. Jeune, il a développé des troubles de schizophrénie qui à travers le temps ont étés diagnostiqués un peu à la va-vite."

Finalement, le jury ne retient pas la thèse de la maladie mentale. Les douze jurés déclarent à l'unanimité que Luka Rocco Magnotta avait prémédité le meurtre de Jun Lin et était sain d'esprit lors des faits. Le criminel est condamné le 23 décembre 2014, à perpétuité, sans possibilité de libération conditionnelle avant 25 ans. 

Abonnez-vous à ce podcast

>> Les Voix du crime sont avocats ou avocates, enquêteurs ou enquêtrices, proches de victimes, de suspects ou de coupables. Ces témoins-clefs se confient au micro des journalistes de RTL. Des témoignages inédits, qui apportent un éclairage nouveau sur la justice et les grandes affaires criminelles d’aujourd’hui.

Deux fois par mois, l'une de ces Voix du crime nous raconte son point de vue sur une affaire criminelle. Un podcast RTL.

La rédaction vous recommande
À lire aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/