1. Accueil
  2. Actu
  3. Justice et faits divers
  4. Affaire Jubillar : pourquoi la nouvelle expertise est cruciale pour l'enquête
3 min de lecture

Affaire Jubillar : pourquoi la nouvelle expertise est cruciale pour l'enquête

Après un nouveau rebondissement dans l'affaire Jubillar, la défense de Cédric, le mari de Delphine et principal suspect dans l'affaire de sa disparition, est mise à mal. Il devrait être entendu par le juge d'instruction ce vendredi 23 septembre.

Cédric Jubillar, le mari de Delphine Jubillar
Cédric Jubillar, le mari de Delphine Jubillar
Crédit : Fred SCHEIBER / AFP
Affaire Jubillar : Thomas Prouteau participe à RTL Midi
00:05:38
Thomas Prouteau - édité par Jeanne Le Borgne

"C'est une étape majeure, car elle réduit à néant toute la défense de Cédric Jubillar", assure Maître Philippe Pressecq, avocat de la cousine de Delphine Jubillar. Comme RTL vous le dévoilait, mardi soir, une nouvelle expertise révèle que le téléphone de Delphine Jubillar, disparue le 16 décembre 2020, n'a pas quitté les abords du domicile du couple cette nuit-là. Cédric Jubillar, son mari et principal suspect, a pourtant toujours expliqué que sa femme était partie et qu'elle avait sûrement pris son téléphone avec elle

Le téléphone de Delphine Jubillar reste l'un des principaux mystères de ce dossier. On sait depuis sa disparition qu'il est resté allumé et connecté au réseau toute la nuit, bien après que Cédric Jubillar a déclaré la disparition aux gendarmes, à 4h09. Le téléphone a été actionné plusieurs fois dans la nuit et on sait, depuis une contre-expertise faite cet été, qu'il a été déverrouillé à 6h52 par une action humaine : Cédric Jubillar assure ne pas connaître son code, qu'il avait été changé depuis sa relation extra-maritale et leur séparation. Puis, il s'est soudainement déconnecté du réseau à 7h48 et a disparu. On ne l'a plus jamais retrouvé.

On savait aussi que le téléphone était resté connecté à un relais de Cagnac-Les-Mines, mais cela représentait une zone de plusieurs kilomètres carrés. Désormais, cette expertise avance un positionnement précis, juste à côté de la maison, voire dans la maison. Et c'est important, car cela élimine l'hypothèse d'un départ volontaire de Delphine Jubillar avec son téléphone. Il s'agit d'un élément extrêmement troublant, à expliquer. "On suppose qu'elle est restée au domicile conjugal et qu'elle y a été tuée", réagit Maître Philippe Pressecq après ces nouvelles révélations.

Une disparition sans corps, ni élément matériel

D'autant que les auteurs de l'expertise sont assez sûrs de leur fait. Ils expliquent que "le degré de discrimination est d'autant plus fort que le nombre de relais autour de Cagnac-les-Mines est grand". En effet, il y en a douze. Autrement dit, leurs résultats sont solides. Ils prennent toutefois des précautions parce que ce "network monitoring" (surveillance de réseau) n'est pas fréquent dans les affaires judiciaires. Et la défense s'est emparée de ces précautions pour dire que ce n'était absolument pas fiable et que cette expertise ne valait rien. Il devrait ainsi y avoir contre-expertise. 

À écouter aussi

Pour autant, avec cette expertise, c'est la première fois que les enquêteurs ont quelque chose de concret sur lequel s'appuyer. Car, pour le moment, il n'y a aucun élément matériel dans le dossier, simplement un faisceau d'indices graves et concordants qui nécessitent la mise en examen de Cédric Jubillar. Il n'y a pas de corps, et ce, malgré les recherches extensives qui ont été menées. Cet été encore, c'est le cimetière de Cagnac-les-Mines qui a été fouillé : on a ouvert des tombes pour vérifier qu'il n'y ait pas de trace de son corps. Il n'y a pas non plus d'indice matériel qui orienterait dans un sens ou un autre. Delphine Jubillar s'est volatilisée

Cédric Jubillar est toujours présumé innocent et a formulé une nouvelle demande de remise en liberté mi-septembre, avec un dossier un petit peu plus solide puisqu'il propose, selon son avocat, un hébergement loin du Tarn et des éventuels témoins. Reste à savoir ce que va décider la justice. En attendant, il va être entendu sur le fond par le juge d'instruction ce vendredi 23 septembre. Ce sera son premier interrogatoire depuis février dernier et toutes ces questions devraient être évoquées

La rédaction vous recommande
À lire aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires