2 min de lecture Justice

Affaire Griveaux : où en est l'enquête sur Piotr Pavlenski ?

ÉCLAIRAGE - L'enquête se poursuit alors que l'une des accusés, Alexandra de Taddeo, s'interroge sur le rôle des policiers et des paparazzis dans l'arrestation de son compagnon Piotr Pavlenski.

Benjamin Griveaux, le 14 février 2020.
Benjamin Griveaux, le 14 février 2020. Crédit : Lionel BONAVENTURE / AFP
signature paul turban
Paul Turban et AFP

14 février 2020. Un souvenir lointain, quand on sait tout ce qu'il s'est passé après, mais c'était pourtant il y a quelque cinq mois : Benjamin Griveaux se retire de la course à la mairie de Paris après la diffusion de vidéos intimes. Rapidement, l'activiste russe Piotr Pavlenski est mis en cause, ainsi que sa compagne, Alexandra de Taddeo. C'est cette dernière qui, en mai 2018, a reçu ces images. 

Ce jeudi 16 juillet 2020, elle a porté plainte contre X et contre la patronne de l'agence Bestimage Michèle Marchand, surnommée "Mimi". Elle l'accuse de "violation du secret de l'enquête et de l'instruction, recel de violation du secret et atteinte au secret de la correspondance par une personne dépositaire de l'autorité publique." Elle a aussi saisi l'IGPN, la police des polices, et le Défenseur des droits.

La jeune femme, mise en examen dans cette affaire, "entend obtenir des explications sur les conditions de l'interpellation" de son compagnon, "à laquelle les services de police auraient tout simplement convié la presse, explique son avocate Me Saïdi-Cottier. Elle s'interroge sur le rôle joué par Mimi Marchand dans ce piège, qui lui a directement causé préjudice en la mettant en scène en une de certains journaux."

Le parquet de Paris a ouvert fin février une enquête sur la présence d'un photographe lors de l'interpellation de Piotr Pavlenski le 15 février et la diffusion des clichés dans Paris Match, pour "violation du secret professionnel", "recel de violation du secret professionnel" et "diffusion non autorisée des images d'une personne entravée". Les investigations ont été confiées à l'IGPN. 

Des faux en écriture sur le procès-vebal?

À lire aussi
La Dépakine est au cœur d'un scandale pharmaceutique justice
Affaire de la Dépakine : Sanofi mis en examen pour "homicides involontaires"

Selon l'hebdomadaire Le Point, l'enquête porte dorénavant sur de possibles "faux en écriture publique par personne dépositaire de l'autorité publique." Officiellement, le procès-verbal d'interpellation explique que Piotr Pavlenski aurait été filé plusieurs heures avant d'être interpellé. Mais selon Le Point, il se pourrait que ce soit le photographe de Mimi Marchand, alors en planque, qui ait appelé les policiers avant de prendre des photos ensuite vendues à Paris Match. Un tel scénario pourrait mettre en péril la validité de l'interpellation et de la garde à vue des deux accusés. 

Le secret de la correspondance trahi

Par ailleurs, selon l'avocate d'Alexandra de Taddeo, "les services n'ont pas hésité à transmettre à la presse, qui les a publiés, des messages échangés entre Mme de Taddeo et son avocate d'alors (Marie-Alix Canu-Bernard, ndlr). Ces messages concernaient la procédure en cours et étaient couverts par le secret des correspondances entre un avocat et son client."

"Je suis scandalisée de constater qu'aujourd'hui nos échanges avec nos clients, couverts par le secret professionnel, sont sciemment lus par les policiers, conservés, divulgués puis publiés par la presse, a commenté Me Saïdi-Cottier. C'est une atteinte extrêmement grave aux droits de la défense". 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Justice Benjamin Griveaux Faits divers
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants