1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Élections municipales à Paris : "Une pitié de devoir commenter cette course", se désole Polony
2 min de lecture

Élections municipales à Paris : "Une pitié de devoir commenter cette course", se désole Polony

ÉDITO - Natacha Polony revient sur les candidats aux élections municipales de Paris et leur programme politique qui s'adresse "à des bourgeois de grande métropole", selon elle.

Agnès Buzyn, Rachida Dati et Anne Hidalgo
Agnès Buzyn, Rachida Dati et Anne Hidalgo
Crédit : BERTRAND GUAY, JOEL SAGET / AFP
Municipales à Paris : "Une pitié de devoir commenter cette course", se désole Polony
03:20
Municipales à Paris : "Une pitié de devoir commenter cette course", se désole Polony
03:20
micro générique
Natacha Polony - édité par Florise Vaubien

Après une campagne électorale qui n’aura ressemblé à aucune autre, entre les déboires de Benjamin Griveaux et le confinement, que retiendra-t-on de la bataille de Paris ? Franchement, c’est une pitié de devoir commenter cette course. On essaye de valoriser le devoir civique, mais là ! On a une maire sortante, Anne Hidalgo, dont le bilan est calamiteux, et qui va très probablement être réélue dans un fauteuil parce qu’en face, c’est la morne plaine.

L’affaire Griveaux n’est qu’un des épisodes, le plus pitoyable, de cette histoire. Mais il faut tout de même se souvenir de ce candidat absolument nul, qui a été maintenu jusqu’au naufrage parce qu’il était macroniste du premier cercle. Pour le reste, tout le monde a salué la combativité de Rachida Dati, mais il y a déjà très longtemps que la droite parisienne a renoncé à proposer une vision de ce que pourrait être Paris. On se contente de quelques poncifs sur la saleté et l’insécurité, en se disant que la sociologie parisienne fait l’élection.

Paris se privatise

Evidemment, il y a la saleté effarante. D’autres s’énerveront contre les embouteillages, mais c’est parfaitement inutile : l’électorat d’Anne Hidalgo n’a pas de voiture et peut se déplacer en vélo ou en trottinette. Les banlieusards, ceux qui n’en peuvent plus, ne votent pas à Paris. Passons même sur l’escroquerie de la végétalisation. 

Le nouvel aménagement de la place des Fêtes (pardon pour les non Parisiens, qui ne voient pas du tout de quoi il s’agit) est un modèle du genre : des dalles grise feront guise de pierrades cet été pour que les habitants cuisent par 35 degrés à l’ombre, tout ceci avec des arbres en pot ridicules. On se fout du monde, mais là aussi, ça passe crème.

À lire aussi

En revanche, il y a un bilan qui n’intéresse personne parce qu’il est plus technique, mais qui mériterait qu’on s’y attarde. Par le biais des "appels à projets urbains innovants", ce sont des dizaines de milliers de mètres carrés qui sont captés par des aménageurs privés, pour le plus grand profit de personnalités comme Xavier Niel ou Bernard Arnault. En fait, il suffit de mettre un peu d’écologie dans le projet, un toit végétal ou deux arbres en pot : l'initiative est acceptée. Et Paris se privatise. Même des anciens de l’équipe Delanoë commencent à s’en alarmer. 

Un programme censé plaire à des bourgeois de grande métropole

C’est toute la question. Peut-être que les adversaires d’Anne Hidalgo ne sont pas choquées par ces pratiques. Ce n’est pas étonnant, puisque tous les candidats jouent sur le même terrain, celui qui est censé plaire à des bourgeois de grande métropole qui veulent de l’écologie, des vélos, de la gentrification, comme on dit maintenant.

Le problème est sociologique. Le peu de campagne qu’il y a eu a tourné autour de l’écologie, puis de la gestion du coronavirus. Mais les petits commerces, les entreprises, les artisans, la vie culturelle, le rayonnement international, le lien avec le reste du pays, le maintien des dernières classes moyennes… l’homogénéité de l’électorat parisien renvoie tout ça dans les poubelles de la démocratie.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/