1. Accueil
  2. Actu
  3. Justice et faits divers
  4. Affaire Delphine Jubillar : l'avocat du mari dénonce "des conditions terribles" de détention
1 min de lecture

Affaire Delphine Jubillar : l'avocat du mari dénonce "des conditions terribles" de détention

INVITÉ RTL - Me Alexandre Martin, qui demande la libération de son client, estime en outre que sa mise à l'isolement est aujourd'hui injustifiée.

Cédric Jubillar, le mari de Delphine Jubillar
Cédric Jubillar, le mari de Delphine Jubillar
Crédit : Fred SCHEIBER / AFP
Les avocats de Cédric Jubillar demandent sa remise en liberté
09:34
Yves Calvi_
Yves Calvi - édité par Romain Giraud

Cédric Jubillar a été mis en examen pour le meurtre de son épouse Delphine. Incarcéré depuis le 18 juin et placé à l’isolement, ses avocats ont décidé de faire appel de cette décision et de demander sa remise en liberté, pour la deuxième fois. Invité de RTL ce mercredi 25 août, l'un de ses avocats, maître Alexandre Martin, dénonce des "conditions terribles de détentions", ajoutant que "depuis des mois, la justice n'avance pas et que la détention de cet homme innocent nous paraît non justifiée."

Les avocats du prévenu pointent du doigt notamment la mise à l'isolement de leur client, décrite comme "absolument terrible" : "Il est entre quatre murs, tout seul dans une cage, il sort une heure par jour quand l'administration le peut... Bon nombre d'accusés du même type sont détenus normalement et malgré que cette affaire soit médiatisée, l'administration de pénitentiaire doit être dans la capacité d'assurer la sécurité de mon client", a poursuivi l'avocat, ajoutant que "l'isolement est une mesure exceptionnelle (et que) la cour européenne a rappelé à plusieurs reprises que c'est par nature un traitement inhumain et dégradant qui doit être limité dans le temps et pour des raisons extrêmement précises." 

Pour parvenir à ses fins, l'avocat entend mettre en avant les "bons nombres de détails (de l'enquête) qui aujourd'hui sont écartés", expliquant notamment que "Cédric Jubillar n'avait jamais mis à laver une couette dans une machine à laver qui a été retrouvée, non pas lors de l'arrivée des gendarmes, mais 34 heures après" ou encore que "l'enfant n'a jamais été témoins d'une dispute violente comme cela a été relaté". 

La rédaction vous recommande
À lire aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/