2 min de lecture Faits divers

Affaire Adama Traoré : une expertise dédouanant les gendarmes annulée

Une expertise mettant hors de cause la responsabilité des gendarmes dans la mort d'Adama Traoré en 2016 a été annulée ce mardi 1er décembre. En cause : une violation du code de procédure pénale.

Une fresque à Beaumont-sur-Oise en hommage à Adama Traoré décédé en 2016 après son arrestation.
Une fresque à Beaumont-sur-Oise en hommage à Adama Traoré décédé en 2016 après son arrestation. Crédit : Bertrand GUAY / AFP
Florise Vaubien
Florise Vaubien et AFP

La dernière expertise qui mettait hors de cause les gendarmes dans la mort d'Adama Traoré, survenue en 2016 après son interpellation à Beaumont-sur-Oise (Val-d'Oise), a été annulée, mardi 1er décembre, a appris l'AFP de source judiciaire. La chambre de l'instruction de la cour d’appel de Paris n'a pas retenu ce nouvel examen pour raisons procédurales. "Les experts 'sélectionnés' par les juges d'instruction ont violé les dispositions du code de procédure pénale", a estimé sur Twitter Me Yassine Bouzrou, qui représente la famille du défunt. 

Cette expertise, considérée par le magistrat comme une éventuelle "tentative d'escroquerie", avait conclu les faits suivants : "Adama Traoré n'est pas décédé 'd'asphyxie positionnelle'", une cause de la mort qui impliquait directement la responsabilité des gendarmes, "mais d'un oedème cardiogénique". 

D'après cet examen, "l'association d'une sarcoïdose pulmonaire (pathologie rare, ndlr), d'une cardiopathie hypertrophique et d'un trait drépanocytaire (une maladie génétique, ndlr) ont probablement pu y contribuer dans un contexte de stress intense et d'effort physique, sous concentration élevée de tétrahydrocannabinol", le principe actif du cannabis. 

Une expertise jugée "mensongère"

Pourquoi cette expertise était-elle jugée "mensongère" par le collectif "La vérité pour Adama" ? Les trois médecins qui ont rédigé ce rapport avaient fait appel à l’avis d’un "tiers", un cardiologue en l'occurrence, sans le mentionner et sans en demander l'autorisation au juge d'instruction. Me Yassine Bouzrou avait dénoncé le 15 juin dernier une violation du code de procédure pénale et demandé l'annulation de cette nouvelle analyse. 

À lire aussi
faits divers
Haute-Savoie : un homme mis en examen pour avoir tué le père de sa compagne

Une annulation interprétée différemment par les avocats des gendarmes : "Cette annulation ne s'appuie pas sur la teneur des conclusions des experts, mais sur un défaut de respect du formalisme requis par le Code de procédure pénale", ont expliqué dans un communiqué Me Rodolphe Bosselut, Pascal Rouiller et Sandra Chirac Kollarik.

Des antécédents médicaux ?

Après avoir échappé à une première arrestation et au terme d’une course-poursuite, Adama Traoré est décédé, le 19 juillet 2016, dans la caserne des gendarmes de Persan (Val-d'Oise), près de deux heures après son interpellation dans sa ville de Beaumont-sur-Oise. Le drame avait retrouvé les projecteurs médiatiques après le décès de George Floyd aux États-Unis, le 25 mai dernier. 

Jusqu’ici, toutes les expertises, deux autopsies et quatre examens missionnés par la justice, parmi lesquels celui annulé ce mardi, ont souligné des antécédents médicaux chez la victime, notamment cardiaques et génétiques, dédouanant ainsi les gendarmes. Des médecins-experts belges ont repris les expertises en juillet dernier : leurs conclusions sont attendues en janvier prochain

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Faits divers Enquête Expertise
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants