1 min de lecture Faits divers

Affaire Adama Traoré : où en est l’enquête ?

ÉCLAIRAGE - Une marche blanche est organisée contre les violences policières ce samedi 18 juillet, quatre ans après la mort d'Adama Traoré, 24 ans, dans la caserne des gendarmes de Persan (Val-d'Oise). Retour sur l'affaire.

Une fresque représente Adama Traoré (à gauche) et George Floyd (à droite), le 22 juin 2020, à Stains
Une fresque représente Adama Traoré (à gauche) et George Floyd (à droite), le 22 juin 2020, à Stains Crédit : FRANCOIS GUILLOT / AFP
signature paul turban
Paul Turban Journaliste

Ce samedi 18 juillet, une marche est organisée à Beaumont-sur-Oise (Val-d'Oise) en souvenir d'Adama Traoré, mort en 2016, et contre les violences policières. Le 10 juillet dernier, de nouvelles investigations ont été relancées par la justice dans ce dossier

Le 19 juillet 2016, une équipe du PSIG (le peloton de surveillance et d'intervention de la Gendarmerie) veut arrêter Adama Traoré. Vers 17 heures, il est poursuivi par des policiers, après une course poursuite à pied. Il finit par être arrêté, se plaignant de difficultés à respirer. Transporté, il fait un malaise dans la voiture. Il est déclaré mort à 19h05 par les pompiers, après une heure de massage cardiaque.

La mort d'Adama Traoré est devenue "l'affaire Traoré" avec les doutes sur les raisons de la mort du jeune homme. Ce qui est sûr, c'est qu'Adama Traoré est mort d'un syndrome asphyxique. Mais ses causes restent inconnues. Les juges d'instruction chargés du dossier ont ordonné la semaine dernière une nouvelle expertise à des médecins belges, attendue pour janvier 2021. 


Douze expertises et rapports médicaux ont été écrits en 4 ans, sans livrer de conclusions définitives. Certaines ont évoqué des antécédents cardiaques et médicaux, mais des médecins contestent ces hypothèses. Deux expertises, commandées par la famille d'Adama Traoré, et réalisées par des experts de pathologies cardiaques, ont quant à elles pointé la responsabilité des gendarmes, et plus précisément un plaquage ventral lors de l'interpellation. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Faits divers Justice Violences
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants