1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Vaccin anti-Covid : comment l'UE assure le partage équitable des doses entre les 27
2 min de lecture

Vaccin anti-Covid : comment l'UE assure le partage équitable des doses entre les 27

Ayant centralisé les commandes de vaccins pour les 27 pays membres, l'UE met en place plusieurs mécanismes afin de distribuer équitablement les doses.

Ursula von der Leyen, la présidente de la Commission européenne.
Ursula von der Leyen, la présidente de la Commission européenne.
Crédit : Kenzo TRIBOUILLARD / AFP
Vaccin anti-Covid : comment l'UE assure le partage équitable des doses entre les 27
03:02
Bénédicte Tassart & Ryad Ouslimani

Les premières critiques tombent sur les 27 pays membres de l'UE alors que Pfizer a annoncé un retard d'environ une semaine dans la livraison des vaccins. C'est en effet l'Europe qui a effectué des commandes groupées du vaccin à hauteur de 2,3 milliards de doses pour le moment, avant de les distribuer ensuite aux États membres au prorata du nombre d'habitants. 

Deux fois par semaine, les gouvernements devront indiquer à Bruxelles combien de doses ils ont reçues exactement. Ensuite, si un pays décide qu'il ne veut par exemple pas du vaccin Pfizer, au profit d'un autre, alors sa part de Pfizer sera dispatchée équitablement entre les autres pays, toujours selon le nombre d'habitants. Les États ne peuvent pas faire de commandes en parallèle, à part. 

Dans l'accord entre les 27, article 7, on sait que l'Allemagne a passé des accords en direct, mais ses livraisons auront lieu après la livraison des doses à l'Union européenne. La Hongrie s'est dite intéressée par les vaccins russe et chinois, mais l'agence européenne du médicament n'a pas délivré d'autorisation de mise sur le marché. Si Budapest les commande quand même, le gouvernement local sera seul responsable des éventuels incidents

Une protection juridique pour les États

Les commandes ont été groupées afin d'éviter toute cacophonie entre les pays, et à 27 on est plus fort sur les prix et sur les garanties. Les laboratoires sont ainsi arrivés avec des batteries d'avocats lors des négociations afin de traiter les responsabilités juridiques dans les contrats. 

À lire aussi

Côté Royaume-Uni, si la vaccination a commencé avant, c'est grâce au recours à une procédure dérogatoire pour démarrer plus vite. Mais s'il y a un problème, c'est le Royaume-Uni qui sera responsable, pas le laboratoire.

Enfin, la Grèce a proposé un passeport vaccinal pour relancer le tourisme et permettre aux personnes vaccinées de voyager librement. La France reste mesurée d'un point de vue juridique et éthique. La question sera posée lors du Conseil européen sur la Covid jeudi 21 janvier, ainsi que celle de la fermeture des frontières intérieures de l'UE, avec obligation de présenter des tests PCR négatifs à l'entrée. 

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/