1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Transports de marchandises : le boom du trafic ferroviaire entre la Chine et la France
2 min de lecture

Transports de marchandises : le boom du trafic ferroviaire entre la Chine et la France

Le trafic ferroviaire entre la Chine et la France a été multiplié par 3,5 en deux ans. En cause : les retombées de la crise sanitaire qui ont entraîné la hausse des coûts du fret maritime.

Un train de la compagnie ferroviaire de fret Open Rail
Un train de la compagnie ferroviaire de fret Open Rail
Crédit : INDRANIL MUKHERJEE / AFP
Fret : le trafic ferroviaire explose entre la Chine et la France
01:51
Fret : le trafic ferroviaire explose entre la Chine et la France
01:51
Arnaud Tousch - édité par Florise Vaubien

Une conséquence inattendue de la crise sanitaire : le boom du trafic ferroviaire. En effet, le trafic par les rails entre la Chine et la France a été multiplié par 3,5 en deux ans, et cette hausse se poursuit. Passer par le train, c'est le choix que font de nombreuses entreprises françaises. En cause : une économie des frais et un gain de temps. 

Avant la pandémie de coronavirus, "le fret maritime nous coûtait 4.500 $ contre 12.000 $ pour le fret ferroviaire". Désormais, les prix du fret maritime sont passés à 18.000 $ contre 16.000 $" pour les frais du transport par train, explique à RTL François Chevalier, qui dirige "Fitch Bike", une entreprise qui fabrique des vélos électriques.

Par ailleurs, les trains en provenance de Chine mettent 20 à 30 jours pour arriver en France, soit près de deux fois plus vite que par bateaux soumis à des aléas beaucoup plus forts. 

Objectif : doubler le nombre de trains entre la France et la Chine

La plupart des entreprises qui font appel à ce type de transports sont des PME qui ont besoin d'importer des marchandises rapidement et de manière fiable. Conséquence : le nombre de trains entre la Chine et la France évolue rapidement. Il y en avait 14 en 2019 et plus du triple en 2020. Cette progression se poursuivra cette année, souligne sur RTL Xavier Wanderpeper, directeur fret chez Forwardis, une filiale de la SNCF

À lire aussi

"Les sociétés continueront d'utiliser le bateau" dans le transport de fret, explique-t-il. "Mais elles aiment avoir cette solution ferroviaire qui permet d'économiser sur les frais en soute", a-t-il ajouté, confirmant un transfert aérien sur le train

À noter que cette expansion marchera dans l'autre sens dès l'année prochaine, puisque l'entreprise entend doubler le nombre de trains de fret entre la France et la Chine.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/