2 min de lecture Humanitaire

Sauvetage de migrants : MSF et SOS Méditerranée mettent fin à leur partenariat

La crise sanitaire, rendant tout sauvetage de migrants compliqué voire impossible, a poussé Médecins sans frontières et SOS Méditerranée à se séparer.

L'Ocean Viking, à Marseille, le 4 août 2019.
L'Ocean Viking, à Marseille, le 4 août 2019. Crédit : CLEMENT MAHOUDEAU / AFP
Maeliss
Maeliss Innocenti et AFP

Liées depuis quatre ans, les ONG Médecins sans frontières et SOS Méditerranée ont annoncé vendredi 17 avril la fin de leur partenariat pour le sauvetage de migrants en mer Méditerranée, sur fond de dissensions sur la possibilité ou non d'opérer malgré la crise sanitaire.

Dans un contexte inédit, alors que Malte et l'Italie ont officiellement fermé leurs ports aux migrants, les deux associations, qui revendiquent avoir sauvé ensemble quelque 30.000 personnes fuyant la Libye à bord d'embarcations de fortune, divergeaient sur la reprise des opérations de secours de l'Ocean Viking, à quai depuis le 20 mars.

De retour de mission, le navire qui a succédé à l'Aquarius avait jeté l'ancre à Marseille où se situe le siège de SOS Méditerranée, son affréteur, en raison de la crise sanitaire mondiale liée à l'épidémie de coronavirus.

L'Ocean Viking à quai jusqu'à nouvel ordre

"Les conditions de sécurité ne sont malheureusement plus réunies pour les équipages et les personnes secourues", a estimé Sophie Beau, directrice générale de SOS Méditerranée, auprès de l'AFP. Le navire rouge et blanc restera donc à son port d'attache jusqu'à nouvel ordre.

À lire aussi
Kim Kardashian à la Vanity Fair Oscar Party 2020, le 9 février 2020. Kim Kardashian
Karabakh : Kim Kardashian donne 1 million de dollars à une association humanitaire

Repartir en Méditerranée, c'était prendre le risque de se retrouver "face à des situations de blocage qui s'éternisent en mer", "sans aucune garantie de débarquement", et "des évacuations médicales rendues très hasardeuses du fait des conditions de crise sanitaire", a-t-elle aussi expliqué.

MSF tire la sonnette d'alarme

Une position que ne partage pas Médecins sans frontières (MSF), qui aurait souhaité poursuivre les sauvetages à bord de l'Ocean Viking, même sans garantie des États européens de pouvoir débarquer les personnes secourues, au nom de "l'impératif humanitaire", a expliqué Hassiba Hadj Sahraoui, chargée des questions humanitaires.

L'organisation non gouvernementale s'en prend vertement aux États européens, qui "continuent de se dérober devant leur responsabilité, contrecarrant sans relâche les efforts des ONG" : "La lutte contre le Covid-19 ne doit pas être un prétexte pour imposer des politiques migratoires meurtrières".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Humanitaire ONG Migrants
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants