1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Royaume-Uni : entre Brexit et reconfinement, les expatriés accusent le coup
2 min de lecture

Royaume-Uni : entre Brexit et reconfinement, les expatriés accusent le coup

TÉMOIGNAGES - Les Français du Royaume-Uni dépriment avec la fermeture des frontières et la menace de la nouvelle souche du coronavirus.

Le Tower Bridge à Londres.
Le Tower Bridge à Londres.
Crédit : THAMES RIB EXPERIENCE / AFP
Royaume-Uni : les Britanniques ironisent sur leur reconfinement
01:40
Royaume-Uni : reconfinés, les Français expatriés accusent le coup
00:57
Vincent Serrano
Journaliste

Au Royaume-Uni, le reconfinement doublé du Brexit a sapé le moral des Anglais. C'est le premier pays à avoir dépassé les un million de vaccins distribués. On se souhaite la bonne année en serrant les dents, car se faire reconfiner en plein hiver où la nuit tombe à 16h, c'est déprimant. 

Surtout qu'ici, le gouvernement avait vendu un avenir radieux aux Anglais en promettant non pas un mais deux vaccins autorisés. Nous vivions dans un pays de précurseur entre vaccins et Brexit

Les Britanniques savaient déjà se méfier de l'enthousiasme du Premier ministre Boris Johnson, mais là c'est vraiment un coup dur, comme l'atteste Marina, une Française expatriée : "C'est un coup dur pour les entreprises, tout tombe en même temps, il fallait s'y attendre mais il y a beaucoup plus de malades, de cas. Je sais qu'on doit vivre quand même mais là c'est vraiment grave, il y a des frontières qui ferment, des familles déchirées entre deux pays, on n'a jamais vu Londres comme ça".

Charlotte était arrivée à Oxford fin décembre pour travailler dans une pâtisserie, elle abonde : "C'est compliqué moralement parce qu'on est encore enfermé, il y en a un petit marre, je ne sais pas si je vais pouvoir embaucher tout de suite, ou si on va pouvoir me prendre".

Humour britannique

À lire aussi

C'est le test du steward : s'il panique en plein vol, c'est qu'on est dans le pétrin. Or là, les Anglais commencent un peu à s'inquiéter : ils se sentent plus en danger aujourd'hui qu'avant les fêtes. Il faut dire que la nouvelle souche et les chiffres de contamination font froid dans le dos. Le nombre d'hospitalisations a grimpé d'un tiers sur la seule semaine dernière.

Pour autant, ce n'est pas encore panique à bord, les Anglais gardent leur flegme et leur humour. Sur les réseaux sociaux, on peut voir des photos de Boris Johnson, vieilli et assénant avec son bagout habituel "encore un petit effort, on aura bientôt vaincu ce fichu virus", mais nous sommes en 2035 ou 2072. Heureusement en Angleterre, si on ne fait pas confiance à Boris Johnson, on fait confiance à la reine, et celle-ci a promis qu'on se reverrait.

Pour rappel, les personnes qui arrivent en France depuis la Grande-Bretagne, doivent présenter un test PCR négatif de moins de 72 heures.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/