1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Royaume-Uni : Carrie Johnson a-t-elle une "influence néfaste" sur son mari et Premier ministre ?
4 min de lecture

Royaume-Uni : Carrie Johnson a-t-elle une "influence néfaste" sur son mari et Premier ministre ?

Carrie Johnson, la femme de Boris Johnson, est accusée par Michael Ashcroft d'avoir une influence néfaste pour son mari.

Carrie Johnson
Carrie Johnson
Crédit : AFP
Philippine Rouvière Flamand

Lord Michael Ashcroft, ex-chef adjoint des tories, dénonce les agissements de Carrie Symonds, épouse Johnson; dans une biographie : First Lady Intrigue - At the court of Carrie and Boris Johnson. Des passages diffusés en feuilleton dans le Mail on Sunday depuis le 5 février, dressent le portrait d'une femme jalouse, manipulatrice et cupide.

L'histoire commence en 2012, pendant la campagne de réélection de Boris Johnson au poste de maire de Londres. Carrie Symonds est alors attachée de presse du parti conservateur. À l'époque, l'actuel Premier ministre britannique était marié depuis 25 ans. Pour Carrie, il quitte sa femme et ses quatre enfants. Et depuis l'arrivé du couple à Downing Street, Carrie n'est pas très appréciée et est surnommée "Princess Nut Nuts" (princesse cinglée), "Carrie Antoinette" ou "lady Macbeth" célèbre personnage de Shakespeare, ambitieuse et impitoyable. 

Accusée d'avoir usurpé l'identité de Boris Johnson

Dans la biographie écrite par Michael Ashcroft, dont la publication est prévue pour le 29 mars prochain, Carrie Johnson est accusée d'utiliser sa position pour influer sur certaines décisions politiques. Or, la femme du Premier ministre n'a plus aucun rôle officiel au sein du parti conservateur. Ainsi, elle aurait usurpé l'identité de son mari en lui prenant son téléphone pour court-circuiter la stratégie du parti, notamment en 2019, lors de la course au leadership. Une source anonyme a même confié à Michael Ashcroft que l'équipe du Premier ministre à fini par reconnaître s'il s'agissait de Boris Johnson ou de sa femme en fonction du style d'écriture.

Elle est également accusée d'avoir éloigné l'ancien maire de Londres de ses proches, notamment sa famille et ses quatre enfants nés d'une première union, de ses amis et de ses plus proches collaborateurs. La femme du Premier Ministre britannique semble aussi l'effrayer d'après les propos de M. Ashcroft, qui affirme que Boris Johnson aurait dit à plusieurs de ses employés : "Ne faites rien qui puisse l'amener à me torturer quand je rentrerai chez moi. Ma vie à la maison est misérable."

Accusée de licenciements abusifs

À lire aussi

La jeune femme de 33 ans aurait par ailleurs usé de sa position pour licencier des membres de l'entourage politique de Boris Johnson et les remplacer par des proches de sa famille. Ellie Lyons, ancienne conseillère spéciale, a elle été écartée car "trop attirante et intelligente" d'après l'auteur de la biographie. Lee Clain, ex-directeur de la communication des conservateurs à été remercié en 2020, et Dominic Cummings, ancien conseillé principal du Premier ministre, a été licencié après avoir lancé le surnom de "Princess Nut Nuts."

En avril dernier, l'hebdomadaire britannique The Guardian affirmait que "tous les postes importants à Downing Street sont désormais occupés par des proches voir des amis intimes des Symonds." Parmi eux figurent Simone Finn, chef de cabinet adjoint du Premier ministre et Henry Newman, conseillé spécial de Boris Johnson. 

Son rôle dans le "Partygate" et le "Walletpapergate"

En outre, Carrie Johnson est accusée d'avoir participé au scandale du "partygate" qui a valu à son mari de nombreuses menaces politiques, et des demandes de démission. Pour rappel, des fêtes ont été organisées au 10 Downing Street alors que les restrictions sanitaires au Royaume-Uni, mises en place par le cabinet du Premier ministre, les interdisaient à l'époque.

ITV News (chaîne de télévision britannique d'informations régionales) a rapporté que Carrie Johnson avait organisé une fête d'anniversaire pour son mari dans la salle du Cabinet. The Telegraph (quotidien d'information) affirme aussi qu'elle a préparé une soirée pour célébrer le départ de son principal assistant Dominic Cummings, qui a depuis qualifié son ancien patron d'inapte à exercer ses fonctions. Il a également récemment écrit sur son blog que Carrie Johnson était "une influence épouvantable".

Un autre scandale qui touche les époux Johnson : le Wallpapergate. D'après Michael Ashcroft, le couple a un train de vie luxueux et opulent. Les Johnson auraient dépensé près de 232.000 euros pour la rénovation de leur appartement du 10 Downing Street. Le problème, c'est que ces travaux pourraient bien avoir été financés par le parti conservateur. Autre polémique : ces travaux auraient été faits pendant le confinement et beaucoup d'équipes et de personnel ont été mobilisés.

Sa passion pour les animaux

Carrie Johnson aurait également joué un rôle dans le scandale qui a accompagné le Partygate : celui des animaux sauvés à Kaboul en Afghanistan lors de la prise de la ville par les Talibans en 2021. L'évacuation avait été personnellement autorisée par le Premier ministre britannique et était passée en priorité sur celle de civils. Un avion avait même été affrété spécialement pour ces chiens et chats ainsi que pour leur propriétaire, Paul" Pen" Farthing, un ancien de la Royal Navy, mais aussi un ami de Carrie Johnson.

La jeune femme est très engagée dans la lutte pour les droits des animaux. Depuis le départ de son poste de directrice de la communication du parti conservateur en 2018, elle s'est impliquée dans l'association de protection des animaux, Aspinall Foundation.

Dominic Dyer, conseiller en politique de l'organisation de protection de la faune Care for the Wild, évoque, dans The Guardian (Novembre 2019), "l'effet Carrie Symonds". La trentenaire fait tout pour séduire la génération Greta Thunberg et aurait convaincu son époux de soutenir son combat. 

Les réactions du clan Johnson

Les feuillets publiés chaque samedi dans le Mail on Sunday depuis bientôt quatre semaines sont loin de plaire à Mme Johnson et à son entourage. La biographie a été qualifiée de "tissus de mensonges" par son porte-parole dans les colonnes du Times. L'entourage de la jeune femme accuse l'auteur d'attaque misogyne. De son côté, Boris Johnson menacerait d'attaquer en justice Michael Ashcroft avant même la publication de la biographie complète d'après The Independent. Une aubaine pour l'auteur ainsi que pour son éditeur, Biteback Publishing, qui ne pouvaient pas espérer meilleure publicité. 

Michael Ashcroft est bien connu du gouvernement britannique. Homme d'affaires et important donateur au parti conservateur, il est aussi l'auteur de la biographie à charge contre l'ancien Premier ministre, David Cameron : Call Me Dave.

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/