1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Afghanistan : Boris Johnson accusé d'avoir fait évacuer un chenil avant des Afghans
1 min de lecture

Afghanistan : Boris Johnson accusé d'avoir fait évacuer un chenil avant des Afghans

Nouvelle polémique autour de Boris Johnson. Le premier ministre Britannique est soupçonné d'avoir fait passer le sauvetage d'un chenil de Kaboul avant l'évacuation d'Afghan lors de la prise de la ville par les talibans.

Boris Johnson au Parlement britannique le 12 janvier 2022
Boris Johnson au Parlement britannique le 12 janvier 2022
Crédit : JESSICA TAYLOR / UK PARLIAMENT / AFP
Philippine Rouvière Flamand

Après la polémique du "Partygate" Boris Johnson est soupçonné d'avoir fait passer l'évacuation d'un chenil de Kaboul avant la vie d'Afghans pendant la prise de la ville par les Talibans. Un courriel publié par la commission des affaires étrangères de Westminster, qui enquête sur la gestion du retrait britannique d'Afghanistan, montre que Boris Johnson aurait eu un rôle dans cette évacuation. 

En août 2021, quand la ville de Kaboul était sur le point de tomber entre les mains des Talibans, le propriétaire d'un chenil, Pen Farthing, avait multiplié les appels à l'aide sur les chaînes de télévision. Ancien vétéran de la Royal Navy, il a finalement pu être secouru ainsi que les 150 chiens et chats du chenil. 

Bien que le Premier ministre britannique s'en défende, les chaînes Sky News et BBC ont fait état de messages de Trudy Harrison (députée et assistante parlementaire de Boris Johnson), qui semble s'être démenée pour trouver une compagnie aérienne acceptant d'affréter un avion pour les animaux. 

Les soupçons viennent également d'un courriel envoyé aux équipes chargées des évacuations par  Zac Goldsmith, collaborateur du secrétaire d'Etat aux affaires étrangères : "L’association de charité Nowzad, dirigée par un ancien membre de la Royal Navy, a reçu beaucoup de publicité et le Premier ministre vient juste d’autoriser l’évacuation de ses équipes et des animaux. "

À écouter aussi

Fin 2021, un lanceur d'alerte, Raphael Mashall, a affirmé au Parlement que Boris Johnson avait envoyé l'instruction aux équipes de secours d'utiliser une "capacité [de transport] considérable" pour sortir les animaux et Pen Farthing du pays. Depuis, le Premier ministre s'est toujours défendu d'avoir fait passer la vie d'animaux avant celle d'humains. Cet été, les autorités britanniques ont pu secourir 15.000 Afghans, mais des milliers d'autres, parfois même des personnes avec un passeport anglais (binationaux) n'ont pas eu cette chance. 

La rédaction vous recommande
À lire aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/