2 min de lecture Conflit israélo-palestinien

Proche-Orient : Trump dévoile un plan de paix très favorable à Israël

Le président américain a présenté ce mardi 28 janvier un plan de paix dans lequel Jérusalem restera la "capitale indivisible" de l'État d'Israël. Il a d’ores et déjà été rejeté par le Hamas, au pouvoir dans la bande de Gaza.

Donald Trump, le 28 janvier 2020 à la Maison blanche à Washington
Donald Trump, le 28 janvier 2020 à la Maison blanche à Washington Crédit : Sarah Silbiger / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP
Photo Quentin Marchal
Quentin Marchal
et AFP

C'est peut-être un tournant qu'est en train de vivre le conflit israélo-palestinien. Le président américain Donald Trump a dévoilé, ce mardi 28 janvier, son plan de paix pour le Proche-Orient. Celui-ci est fondé sur une solution à "deux États" dans lequel il accorde à Israël un certain nombre de garanties parmi lesquelles la souveraineté sur la vallée du Jourdain.

"Ma vision présente (...) une solution réaliste à deux États", avait auparavant lancé le pensionnaire de la Maison blanche, évoquant un projet "gagnant-gagnant" pour Israéliens et Palestiniens mais donnant des garanties inédites à son ami Benjamin Netanyahu. Celui-ci a salué avec force "une journée historique".

Affichant son optimisme sur le devenir de ce projet "très détaillé", Donald Trump a estimé qu'il pouvait permettre de faire "un grand pas vers la paix". Une vision qui n'est pas partagée par le président palestinien Mahmoud Abbas, qui a affirmé que ce plan ne "passera pas". Le Hamas, qui contrôle la bande de Gaza, enclave palestinienne de deux millions d'habitants séparée géographiquement de la Cisjordanie, a également rejeté la proposition américaine.

"Une chance historique" et peut être "la dernière"

Parmi les nombreux points sensibles de ce plan, figure l'octroi à Israël de la souveraineté sur la vallée du Jourdain. Une zone stratégique de la Cisjordanie "vitale" pour Israël, selon Benjamin Netanyahu qui a annoncé que l'État hébreu allait "appliquer sa souveraineté".

À lire aussi
Emmanuel Macron lors d'un discours le 23 janvier conflit israélo-palestinien
Proche-Orient : la France martèle son souhait d'une solution à deux États

Le futur État palestinien ne verrait le jour que sous plusieurs "conditions", dont "le rejet clair du terrorisme", a souligné Donald Trump, qui a ensuite tweeté une carte des deux États envisagés, avec en particulier un tunnel reliant la Cisjordanie à la Bande de Gaza.

Jérusalem restera "la capitale indivisible d'Israël", a-t-il par ailleurs assuré, en proposant de créer une capitale de l'État palestinien cantonnée dans des faubourgs de Jérusalem-Est. Le Premier ministre israélien a de son côté souligné que le plan de la Maison blanche octroierait à Israël la souveraineté sur la vallée du Jourdain, vaste zone stratégique de la Cisjordanie occupée où l’armée israélienne vient de renforcer sa présence. 

Martelant sa conviction que les Palestiniens méritaient "une vie meilleure", Donald Trump leur a aussi lancé une mise en garde. Il a annoncé avoir envoyé une lettre au président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas l’exhortant à saisir "une chance historique", et peut-être "la dernière", d’obtenir un État indépendant. "Je lui ai expliqué que le territoire prévu pour son nouvel État resterait ouvert et sans développement" de colonies israéliennes "pendant une période de quatre ans", a-t-il précisé. Une opportunité à laquelle l'intéressé n'a pas voulu répondre favorablement jusque-là.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Conflit israélo-palestinien Israël Palestine
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants