5 min de lecture Terrorisme

Les actualités de 22h - Mort de Fabien Clain: qui était ce jihadiste français ?

PORTRAIT - Figure des attentats du 13 novembre 2015, le jihadiste français a été tué en Syrie par une frappe de la coalition internationale.

Micro RTL générique Le journal RTL La rédaction de RTL
>
Les actualités de 22h - Mort de Fabien Clain: qui était ce jihadiste français ? Crédit Image : AFP | Crédit Média : RTL | Durée : | Date :
La page de l'émission
Thomas Pierre
Thomas Pierre et Cécile De Sèze

Il était considéré comme l'une des "voix" françaises de l'État islamique. Celle qui avait revendiqué les attentats du 13 novembre 2015 à Paris. Le jihadiste Fabien Clain (41 ans) a été tué en Syrie, à la suite d'une frappe de la coalition internationale. Une opération au cours de laquelle son frère Jean-Michel (38 ans) a été grièvement blessé.

De ce corpulent quadragénaire de près d'1,90 m, l'opinion publique ne connaissait qu'un visage mangé par une barbe noire taillée en pointe. Converti à l'islam dans les années 1990, Fabien Clain, alias "frère Omar", et son frère se seraient radicalisés au début des années 2000.

Lorsqu'ils partent faire leur jihad en Syrie en 2014, ils viennent, comme beaucoup, de la filière dite "d'Artigat", une petite ville près de Toulouse. Avant de partir, puis sur place, ils ont côtoyé toute la bande toulousaine, des frères Merah, Sabri Essid, Olivier Corel, Thomas Barnouin ou encore Mohamed Megherbi.

À lire aussi
Abou Bakr Al-Baghdadi, le chef de Daesh (Archives) terrorisme
Daesh vaincu en Syrie : où est Abou Bakr al-Baghdadi, l'ex-calife de l'État islamique ?

Fabien Clain avait d'ailleurs été condamné en 2009 pour avoir organisé plusieurs départs en Syrie. Il sort en 2012 de prison, et s'installe loin de Toulouse, en Normandie, avant de rejoindre les rangs de Daesh en zone irako-syrienne. Il y reconstitue sa cellule ardéchoise avec ses disciples Essid, Merah etc.

Du rap catholique aux chants de guerre islamiques

Les frères Clain longtemps surnommés les "Réunionnais" viennent d'une famille pratiquante catholique, raconte Libération en 2015. Converti dans les années 2000, Fabien Clain se rapproche d'Olivier Corel, dit "l'émir blanc", à cette époque. Il se radicalise et va convaincre sa famille de le suivre. Tous se font remarquer dans le quartier du Mirail à Toulouse où ils se sont installés en 1998 - d'où venait aussi la fratrie Merah -, en se faisant surnommé "le clan Belphégor".

À l'époque, ils prennent les kunya respectives Omar (Fabien) et Abdelwahid (Jean-Michel). Une de leur connaissance, Thomas dont le nom a été modifié, raconte dans Libération que Fabien Clain "captivait vraiment les gens quand il parlait". "Il lisait sur son portable un document qui appelait à la guerre. Je n’ai pas trop capté. Ça appelait au rejet de la société et de la démocratie, qu’il fallait combattre. Trop de haine. De la haine envers les non-musulmans, pas de miséricorde", ajoute-t-il dans les pages du quotidien. 

C’étaient des rappeurs qui prônaient la Bible et la parole de Dieu

Un témoin du Mirail cité par 'Libération' en 2015
Partager la citation

Un autre témoin racontait encore au journal : "Avant de se convertir à l’islam, ils étaient de fervents chrétiens qui portaient la croix. Ils étaient des rappeurs qui prônaient la Bible et la parole de Dieu", puis "ils se sont rendu compte qu’ils n’avaient pas le droit d’utiliser des instruments de musique, alors ils se sont mis à faire des chants religieux. Ils en ont même fait en réunionnais". Ces chants religieux sont appelés des anashid. Les frères Clain en ont chantés dans des vidéos de l'EI envoyées depuis la Syrie.

Fabien Clain cité dans plusieurs attentats français

C'est d'abord avec la vidéo de revendication des attentats du 13 novembre 2015 que les frères, et particulièrement Fabien Clain, se font connaître du grand public. Mais il avait été cité avant dans l'attentat avorté de Villejuif, quand Sid Ahmed Ghlam avait été interpellé par les forces de l'ordre, suspecté d'avoir tué Aurélie Châtelain. 

Les enquêteurs mettent la main sur de nombreux messages cryptées envoyés avec un ou plusieurs hommes se trouvant en Syrie. L'idée d'une action téléguidée de l'étranger grandie alors que deux noms, qui font partie de la même procédure de filière jihadiste que Fabien Clain, sont mis en avant. "Présenté comme leur 'comparse', Fabien Clain aurait joué de la Syrie un rôle majeur dans leur endoctrinement", écrit alors Le Monde

Clain est un nom qui devient de plus en plus célèbre. Il résonne encore une fois lors de l'attaque de deux policiers à Magnanville. Cette attaque terroriste, perpétrée par Larossi Abballa, n'échappe pas à la règle alors que l'adresse mail du jihadiste français a été retrouvée sur un bout de papier chez Saâd Rajraji, un proche de l'assaillant, mis en examen pour "association de malfaiteurs terroristes". Selon BFM TV, les deux hommes se connaissaient puisqu'ils s'étaient "côtoyés à la prison de Fleury-Mérogis où ils étaient tous deux détenus" entre 2011 et 2012.

Dès janvier 2003, les frères Clain s'étaient installés en Belgique où ils ont fréquenté alors la mouvance islamiste radicale qui commençait à s'installer dans le quartier de Molenbeek. Là-bas, les frères sont en contact avec Farouk Ben Abbes, récemment condamné pour une affaire de jihad médiatique.

Les frères Clain cadres de la communication de l'EI

Concernant leur rôle en Syrie et en Irak, quelques informations ont été révélées par Jonathan Geffroy interrogé par le juge d'instruction en janvier dernier. Jean-Michel Clain a un fils, Abou Othman, 15 ans, qui travaillait dans le département communication et mosquées, au moment où Jonathan Geffroy les côtoie. Il est aussi à la tête des opérations extérieures, c'est lui qui "choisit les combattants". 

D'après le revenant, les frères étaient en charge de faire des vidéos, dans la "branche audiovisuelle" du groupe terroriste. Mais ils sont aussi responsables d'attaques en Europe et valident certains projets, comme celui d'envoyer des enfants-soldats frapper la France

Selon lui, ils n'auraient pas perdu leur talent en chant. "Jean-Michel Clain on sait qu'il est chanteur des chants musulmans pour l'État islamique, il chante des anashid, ensuite je pense qu'il a une autre fonction que je ne connais pas mais je sais qu'il est très proche des hautes sphères de l'État islamique."

Quant à son aîné, Fabien Clain, "il travaille à la radio Bayan, il a des fonctions bien supérieures, je soupçonne que ce soit les opérations extérieures", témoigne le jihadiste qui se dit "repenti". Il précise que ces missions seraient les "encadrements et choix de gens pour les envoyer en France pour commettre des attentats". Fabien Clain côtoie également les "hautes personnes religieuses tous les jours" qui se rendent à la radio. 

On ignore si les deux frères sont toujours vivants ou non. En janvier dernier, le spécialiste Romain Caillet rapportait toutefois que la voix de Fabien Clain refaisait surface dans un enregistrement de l'EI qu'il date entre septembre 2017 et janvier 2018. Selon LCIleur mère serait morte à 62 ans en Syrie d'une maladie du foie. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Terrorisme Jihad Daesh
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7797017460
Les actualités de 22h - Mort de Fabien Clain: qui était ce jihadiste français ?
Les actualités de 22h - Mort de Fabien Clain: qui était ce jihadiste français ?
PORTRAIT - Figure des attentats du 13 novembre 2015, le jihadiste français a été tué en Syrie par une frappe de la coalition internationale.
https://www.rtl.fr/actu/international/mort-de-fabien-clain-qui-etait-ce-jihadiste-francais-tue-en-syrie-7797017460
2019-02-21 21:18:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/TchlwyuLcifJbhAAKKov1A/330v220-2/online/image/2016/0410/7782765409_fabien-clain-a-revendique-les-attentats-contre-charlie-hebdo.jpg