2 min de lecture Terrorisme

Militaires français tués au Mali : Daesh affirme être responsable de l'accident

Le groupe terroriste Daesh a assuré jeudi 28 novembre être l'auteur de la collision entre les deux hélicoptères qui a tué 13 soldats français au Mali.

Un soldat français au Mali (Illustration)
Un soldat français au Mali (Illustration) Crédit : Daphné BENOIT / AFP
Lilas Fournier et AFP

Le drame impliquant la mort de 13 militaires français dans un accident entre deux hélicoptères a été revendiqué par le groupe terroriste Daesh. Il a affirmé ce jeudi 28 novembre être l'auteur de la collision entre les deux appareils, en forçant l'un d'entre eux à battre en retraite après une embuscade.

Les deux hélicoptères militaires français se sont heurtés l'un à l'autre lundi 25 novembre, durant une opération de combat de nuit contre des jihadistes, dans le sud du Mali, en guerre contre les extrémistes.


Dans un communiqué publié sur ses chaînes Telegram habituelles, Daesh a proclamé avoir tendu une embuscade à un convoi de soldats français dans la région de Ménaka. Alors qu'un hélicoptère qui transportait des renforts pour aider des troupes au sol tentait d’atterrir, "les soldats du califat ont tiré en direction de l'appareil, le forçant à se retirer et  entré en collision avec un autre hélicoptère causant la mort de 13 soldats", selon le communiqué.

Les victimes avaient été appelées en renfort de commandos parachutistes engagés contre des ennemis, selon l'armée française, dans une zone où l'opération Barkhane, une force antijihadiste, mène régulièrement des opérations contre des groupes armés, dont Daesh.

Un hommage national rendu lundi prochain

À lire aussi
Un homme portant des menottes (illustration) faits divers
Coronavirus aux États-Unis : un homme arrêté pour avoir toussé sur une vendeuse

Pour l'ancien chef de l'État François Hollande, la menace terroriste "n'a pas disparu" et il est nécessaire "que la mission assurée par Barkhane puisse se poursuivre". Une affirmation qu'Emmanuel Macron a également tenue lors du Conseil des ministres mercredi 27 novembre, indiquant que la mission des soldats sur place était "difficile et primordiale dans la lutte contre le terrorisme". La porte-parole du gouvernement Sibeth Ndiaye a quant à elle annoncé qu'un hommage sera rendu aux militaires lundi 2 décembre aux Invalides, à Paris. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Terrorisme Daesh Jihadisme
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants