1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Les infos de 6h - Drame de Millas : "J'ai vu la barrière ouverte", maintient la conductrice du car
2 min de lecture

Les infos de 6h - Drame de Millas : "J'ai vu la barrière ouverte", maintient la conductrice du car

Nadine Oliveira conduisait le car de collégiens le jour du drame à Millas. Aujourd'hui, elle insiste : les barrières étaient ouvertes.

Sur la scène de la collision de Millas, le 16 décembre 2017
Sur la scène de la collision de Millas, le 16 décembre 2017
Crédit : AFP / Pascal Pavani
Les infos de 6h - Drame de Millas : la conductrice du car raconte sa version
00:08:42
Le journal RTL de 6h du 21 septembre 2022
00:08:42
Vincent Derosier - édité par Nicolas Barreiro

Cinq ans après le drame, la conductrice du car scolaire qui a percuté un train à Millas parle enfin. Le procès de Nadine Oliveira, 53 ans, a débuté lundi. Mardi, les enfants rescapés ont témoigné, racontant cet instant où leur vie a basculé. Six collégiens ont perdu la vie dans l'accident. La conductrice du car continue de clamer que la barrière du passage à niveau était levée. Elle a raconté sa version des faits pour la première fois.

"Je les comprends parce que j'avais la responsabilité de leurs enfants, donc c'est une chose normale. Moi, je réagirais pareil. Je reste sur cette position, comme je l'ai dit à la barre, c'est la dernière image que j'ai vue avant de me réveiller par terre", témoigne Nadine Oliveira à l'antenne de France 2, avant d'ajouter que cette "dernière image" correspond aux "barrières ouvertes".

"Je suis arrivée normalement avec mon car et puis quand je fais le contrôle et que j'ai vu la barrière ouverte, qu'il n'y avait pas feu qui clignotait ni rien, j'ai commencé ma manœuvre", poursuit la conductrice. "Là, je me réveille par terre. Je n'entendais que des cris, des pleurs. Je n'explique pas, je n'accepte pas encore l'accident", regrette-t-elle. "On a quand même un sentiment de culpabilité, ça ne part pas".

À écouter également dans ce journal

Guerre en Ukraine - Au siège de l'ONU à New York, Emmanuel Macron n'a pas mâché ses mots mardi. "Ce à quoi nous assistons depuis le 24 février dernier est un retour à l'âge des impérialismes et des colonies".

Politique. Les violences faites aux femmes continuent de plonger les écologistes et les insoumis dans la tourmente. Mardi soir, Julien Bayou, accusé de violences psychologiques par une ex-compagne, a été mis en retrait de ses fonctions de co-président du groupe écologiste à l'Assemblée.

Affaire Jubillar. Une nouvelle expertise concernant l'emplacement du téléphone de Delphine Jubillar pourrait venir fragiliser la défense de Cédric Jubillar. 

La rédaction vous recommande

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire