1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. L'invasion de l'Ukraine par la Russie est un "retour à l'âge des impérialismes", accuse Macron devant l'ONU
2 min de lecture

L'invasion de l'Ukraine par la Russie est un "retour à l'âge des impérialismes", accuse Macron devant l'ONU

Dans une prise de parole attendue mardi 20 septembre, à l'Assemblée générale de l'ONU, Emmanuel Macron s'est inquiété de "la fracture du monde".

Emmanuel Macron à la tribune de l'ONU
Emmanuel Macron à la tribune de l'ONU
Crédit : ANNA MONEYMAKER / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / GETTY IMAGES VIA AFP
Guerre en Ukraine : Emmanuel Macron n'a pas mâché ses mots à la tribune de l'ONU
00:02:13
L'invasion de l'Ukraine par la Russie est un "retour à l'âge des impérialismes", accuse Macron devant l'ONU
00:00:46
AFP & Julien Doucet

Emmanuel Macron a déclaré devant l'Assemblée générale de l'ONU : "Ne nous résignons pas à la fracture du monde." Le président a notamment exhorté les dirigeants mondiaux à rejeter "le nouvel ordre" de division qu'essaie d'imposer la Russie qu'il a qualifié comme étant "impérialiste". Emmanuel Macron souhaite la création de "nouvelles coopérations" pour relever les différents challenges qui se posent au monde, comme la crise environnementale.


Il a ajouté : "La situation de notre planète accroît nos exigences", appelant à "un sursaut collectif" pour "bâtir un nouveau contrat entre le nord et le sud". L'autre problématique à régler est le conflit ukrainien. À ce sujet, le président de la République a déclaré : "Nous avons tous un rôle pour y mettre un terme, car nous en payons tous le prix."

"Ce à quoi nous assistons depuis le 24 février est un retour à l'âge des impérialismes et des colonies", a dénoncé Emmanuel Macron. Le chef de l'État a tenu à rappeler que l'impérialisme contemporrain n'est pas européen. Il a aussi développé les différentes conséquences que le conflit ukrainien a sur les pays du monde. Pour lui l'impérialisme moderne se caractérise par "une invasion territoriale adossée à une guerre hybride mondialisée qui utilise le prix de l'énergie, la sécurité alimentaire, la sûreté nucléaire, l'accès à l'information et les mouvements de population comme des armes de division et de destruction."

Emmanuel Macron a aussi dénoncé les pays "qui se taisent aujourd'hui" en expliquant qu'ils "servent malgré eux, ou secrètement, avec une certaine complicité, la cause d'un nouvel impérialisme, d'un cynisme contemporain qui désagrège notre ordre international sans lequel la paix n'est possible." Le président a été plus loin en se projetant dans un futur à long-terme, où selon lui, la "tentative de partition du monde (...) renforce la tension entre les États-Unis et la Chine."

À lire aussi

Ce n'est pas la première fois que le chef de l'État émet des critiques envers les pays qui prônent la neutralité dans le conflit ukrainien. Emmanuel Macron devrait à nouveau porter ce message au cours d'un dîner où sont invités plusieurs chefs d'États de nombreux pays comme l'Egypte, la Côte d'Ivoire, l'Argentine ou l'Inde. Le président Sénégalais, Macky Sall également présent à l'Assemblée générale de l'ONU ne souhaite pas que "l'Afrique soit le foyer d'une nouvelle guerre froide."


Vladimir Poutine absent des débats, a condamné les sanctions prises par l'Union européenne, car selon lui, elles bloquent le don de 300.000 tonnes d'engrais russes aux pays qui en ont le plus besoin. Le président russe a qualifié la situation de "comble du cynisme", devant des diplomates à Moscou. L'Union européenne s'est défendue en expliquant que les sanctions ne concernent pas les engrais.

Enfin, Emmanuel Macron a également défendu le programme Farm, "qui permet d'approvisionner les pays vulnérables à bas prix." Il a également annoncé que la France allait payer "l'évacuation du blé ukrainien à destination de la Somalie." Ce pays est fortement touché par la famine

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires