2 min de lecture Racisme

Jeux Olympiques : le comité américain autorise les signes revendicatifs

Les athlètes américains pourront notamment poser leur genou à terre pendant l'hymne national ou encore lever le poing contre le racisme.

Lionel Gendron édité par Florine Boukhelifa

Il s'agit d'une petite révolution dans le monde du sport : les athlètes auront le droit de faire des signes revendicatifs sur le podium des Jeux Olympiques, a annoncé dans une lettre le comité olympique et paralympique américain. Tous les sportifs, les athlètes, mais aussi les gymnastes ou encore les nageurs, pourront ainsi afficher leur soutien à la lutte contre les discriminations raciales.

Parmi les protestations autorisées : la pose d’un genou à terre pendant l’hymne national ou sur le podium et le fait de lever le poing, sur le podium ou sur la ligne de départ. Les sportifs pourront également porter une casquette avec l'inscription "Black Lives Matter" ou "Trans Lives Matter". Des annonces fortes, alors que se tiendra ce mercredi la troisième journée du procès de Dereck Chauvin, accusé du meurtre de George Floyd

Les Jeux Olympiques et plus généralement les manifestations sportives ont souvent été une caisse de résonance pour les militants antiracistes Le geste le plus célèbre date de 1968, lors des Jeux de Mexico : John Carlos et Tommy Smith, deux sprinters américains, avaient baissé la tête et levé un poing, ganté, en soutien au mouvement Black Power sur le podium du 200 mètres. À cette époque, les États-Unis étaient en proie à de violentes manifestations, notamment après l’assassinat de Martin Luther King. Le Comité olympique avait alors expulsé les athlètes.

Le genou à terre réhabilité après la mort de George Floyd

Plus récemment, en 2017, Colin Kaepernick quater back de l’équipe de football de San Francisco, a posé son genou droit sur le sol. Il entendait protester contre les meurtres de plusieurs noirs par des policiers blancs. Son geste lui avait valu une insulte grossière de Donald Trump et d’être mise au ban de la ligue de football américain.

À lire aussi
finances
Décès de Madoff : "L'escroquerie Madoff repose sur la confiance", explique un spécialiste

Ce signe protestataire a finalement été réhabilité trois ans plus tard, après la mort de George Floyd à Minneapolis. Le basketteur star LeBron James avait alors juxtaposé deux images : le genou à terre de Colin Kaeperncik et celui du policier qui étouffe George Floyd. La star américaine avait ainsi commenté "vous comprenez maintenant, ou c'est encore flou ?".

Actuellement, il y a une règle, la règle numéro 50 du comité international olympique (CIO) interdit toute forme de protestation. Elle a cependant été contesté par des athlètes américains. Le CIO avait de son côté confirmé cette position en janvier dernier, avant de finalement l'assouplir.

Une évolution très intéressante, mais qui risque de poser problème. Notamment si des athlètes décident de montrer des messages contre la Chine ou la Russie, ce qui pourrait créer des problèmes diplomatiques. En tout cas, ce feu vert à protester montre avec force à quel point la société américaine est en train de changer. Il faudra également voir comment réagissent les autres pays, s’ils décident de suivre le mouvement.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Racisme Discriminations Sport
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants