2 min de lecture États-Unis

Mort de George Floyd : la première journée du procès forte en émotion

Les débats ont donc commencé dans le procès du meurtre de George Floyd. Un procès attendu et regardé par tout le pays.

Un air d'Amérique Un Air d'Amérique Lionel Gendron iTunes RSS
>
Mort de George Floyd : la première journée du procès forte en émotion Crédit Image : KEREM YUCEL / AFP | Crédit Média : RTL | Durée : | Date : La page de l'émission
Lionel Gendron édité par Venantia Petillault

La première journée est capitale. Une juriste indiquait tout à l’heure sur CBS que dans ce type de procès, à 80 %, les jurés ont leur avis définitif le premier jour. On ne sait pas si ce sera le cas ici, mais cette première était forte en émotion puisque pratiquement tout repose sur une vidéo. Et elle a été diffusée dès le début.

J’ai donc vu les 9 minutes et 29 secondes. Et c’est terrible. Et personne, même la défense du policier, ne le conteste. C’est terrible parce que ça paraît interminable, parce que George Floyd dit au moins 20 fois qu’il ne peut pas respirer. Et qu’au moment où il sent qu’il va mourir il appelle sa mère à l’aide, décédée 2 ans auparavant.

C’est terrible aussi parce que les témoins supplient les policiers d’arrêter. Ces derniers ont une attitude "procédurale", à commencer par Derek Chavin qui, le genou sur le cou de George Floyd, garde les mains dans les poches. L’accusation insiste sur le comportement jugé indigne de Derek Chauvin. Estimant qu’il a fait : "un usage excessif et déraisonnable de la force… Et qu’il a trahi son serment et son insigne."

L'axe de défense : une prise de drogue par George Floyd

L’axe de la défense et celui que j’’évoquais hier : le policier a agi selon les procédures autorisées. La défense entend prouver que George Floyd a avalé un puissant opiacé à l’arrivée de la police… appelée, je le rappelle, car George Floyd aurait tenté d’écouler un faux billet de 20 dollars. Pour résumer la stratégie de la défense, : une prise de drogue et non le geste brutal de Dereck Chauvin aurait causé sa mort.

À lire aussi
JO 2024
JO de Paris 2024 : trois salariés de la Solideo suspendus après des soupçons de propos racistes

Il suffit qu’un seul membre du jury en soit convaincue pour que le policier soit relaxé.
Je fais juste une parenthèse sur la durée de la vidéo : 9 min 29.. ça peut être perturbant car on a toujours entendu 8 min 46. Ça ne changera rien au procès, mais les 8 min 46 étaient devenues un symbole. En fait, la vidéo de la passante débutait alors que George Floyd était à terre. Les enquêteurs ont reconstitué la chronologie, notamment avec les caméras ventrales des policiers. D’où les 9 min 29.

Les témoins ont déjà été appelés et interrogés devant la cour, notamment la standardiste qui avait reçu l’appel au 911. Et elle a dit avoir regardé d’un œil l’intervention sur une des caméras de surveillance. Elle a déclaré ceci : "J’ai cru que l’image était figée tant ils sont restés longtemps immobiles… Mon instinct m’a dit que quelque chose clochait." L’accusation a également interrogé deux témoins de la scène. L’un deux a essayé de convaincre les policiers que George Floyd allait mourir.

Pour l’instant, les débats n’ont pas été, ne sont pas allés sur le terrain de la injustice raciale. Mais, ils ont eu lieu à l’extérieur du tribunal, avec déjà quelques manifestations. Le révérend Al Sharpton, militant des droits civiques a notamment déclaré : "Dereck Chauvin est sur le banc des accusés, mais c’est l’Amérique qui est en procès." Un procès qui va durer au moins un mois.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
États-Unis Racisme
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants