1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. États-Unis : ce qu'il faut retenir de la première conférence de presse de Joe Biden
3 min de lecture

États-Unis : ce qu'il faut retenir de la première conférence de presse de Joe Biden

Joe Biden, le 46e président des États-Unis a donné sa première conférence de presse le jeudi 25 mars. Il est notamment revenu sur le succès de la campagne de vaccination et la situation économique de son pays.

Le président Joe Biden s’entretient avec les journalistes lors de la première conférence de presse de sa présidence dans la salle Est de la Maison Blanche le 25 mars 2021 à Washington, DC.
Le président Joe Biden s’entretient avec les journalistes lors de la première conférence de presse de sa présidence dans la salle Est de la Maison Blanche le 25 mars 2021 à Washington, DC.
Crédit : CHIP SOMODEVILLA / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / GETTY IMAGES VIA AFP
États-Unis : ce qu'il faut retenir de la première conférence de presse de Joe Biden
03:54
Lionel Gendron - édité par Camille Guesdon

La conférence de presse de Joe Biden était attendue le jeudi 25 mars. C’est la première fois que le 46e président des États-Unis se prêtait à l’exercice. Cette première conférence de presse de mandat est importante car elle donne le ton de la présidence. 

Mais ça peut aussi être un piège car si l’exercice n’est pas maîtrisé, si on en dit trop, il peut y avoir un effet boomerang. D’autant que Joe Biden s’est lui-même qualifié un jour de : "machine à gaffe". Là il n’en a pas fait. Ce qui était clair c’est que Joe Biden s’est montré méthodique. Et avant de prendre la première question il a fait un court discours pour annoncer qu’il visait 200 millions de vaccinations pour son 100ème jour de mandat

Tout va très vite aux Etats-Unis. Les 100 millions de vaccinations ont été atteintes au 58e jour de sa présidence. Hier, au moment de la conférence de presse, il était à 65 jours. Donc l’objectif est tout à fait réaliste. Rappelons qu’il y a 328 millions d’Américains. Même si 200 millions de vaccinations, ce n’est pas 200 millions de personnes pleinement vaccinées, puisque deux des trois vaccins nécessitent 2 doses. C’est habile d’avoir commencé comme ça. Comme c’est la préoccupation numéro un de tout le monde, tout le reste, les éventuelles critiques étaient minorées par ce succès indéniable de la campagne de vaccination. 

Il se représentera

Une petite surprise tout de même. Joe Biden, 78 ans, a dit qu’il espérait se représenter. Alors, il ne l’a pas annoncé comme ça. La question lui a été posée deux fois après seulement 65 jours de mandat. Mais c’est un vieux routier de la politique. Il aurait très bien pu botter en touche, dire que les Américains avaient d’autres choses à penser. Mais il a répondu qu’il espérait se représenter avec Kamal Harris en colistière. 

À lire aussi

Sinon, il a été grandement interrogé sur un point important : le Filibuster. C'est ce qui va conditionner toute la politique de Biden les prochains mois à partir de maintenant. C’est une règle assez étrange au Sénat. Rapidement, Le "Filibuster" permet la minorité de continuer les débats indéfiniment. Et tant qu’on discute du projet de loi, mais on peut parler sauce salade, ou lire l’annuaire. Mais on ne peut pas arrêter les débats et on ne peut pas voter. Le seul moyen de casser ça, c’est un vote de 60 députés. Mais comme ces dernières années, on est à 50/50 ou comme en ce moment 52/48,  c’est très compliqué d’avoir 60 députés. Au final, ça ne suffit pas d'avoir 50 voix+1 mais il en faut 60. Et tous les grands projets de Joe Biden sur le réchauffement climatique et le contrôle des armes, risquent aussi de ne pas passer à cause de cette loi. Donc il veut la modifier cette règle. Ce qui annonce de grandes batailles au Sénat. 

Aucune question de Fox News retenue

On est toujours en mode Covid donc, il y avait mois de journalistes que d’habitude, une trentaine environ. Il y a eu beaucoup de questions sur la crise des migrants à la frontière mexicaine. Ces milliers de mineurs non accompagnés qui affluent aux États-Unis. Contrairement aux conférences de presse avec Donald Trump, ce n’était pas un match de boxe, il n'y a pas eu d’insultes. 

Sur ce point, on pourrait reprocher à Joe Biden de ne pas avoir pris de questions de la chaîne conservatrice Fox News, qui s’en est plaint. Il est difficile de savoir s’il la fait exprès ou pas. En tout cas c’est un grand média écouté par des millions d’Américains, et Joe Biden aurait pu au moins prendre une question. Comme il le répète souvent : il est le président de tous les Américains, ça aurait été un signe.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/