2 min de lecture Chine

Hong Kong : Boris Johnson propose des passeports à des millions de citoyens

Le Premier ministre britannique a déclaré mardi 2 juin qu'il proposerait des passeports à des millions d'habitants de Hong Kong et un possible accès à la citoyenneté britannique si la Chine persiste à imposer au territoire sa loi sur la sécurité nationale.

Boris Johnson, le 31 janvier 2020.
Boris Johnson, le 31 janvier 2020. Crédit : SCOTT HEPPELL / POOL / AFP
Sarah Belien
Sarah Belien
et AFP

Une déclaration qui ne plait pas à la Chine. Mardi 2 juin, le Premier ministre britannique a déclaré vouloir proposer des passeports et un possible accès à la citoyenneté britannique à des millions de citoyens hongkongais si la Chine persiste à imposer sa loi sur la sécurité nationale au territoire. Ce mercredi, la Chine appelle Londres à "cesser immédiatement toute ingérence" dans cette affaire.

"De nombreuses personnes à Hong Kong craignent que leur mode de vie, que la Chine s'est engagée à maintenir, ne soit menacé" par cette loi, a écrit Boris Johnson dans un article pour le Times de Londres et le South China Morning Post. "Si la Chine va de l'avant et justifie ces craintes, la Grande-Bretagne ne pourra pas en conscience hausser les épaules et passer à autre chose ; au contraire, nous honorerons nos obligations et nous fournirons une alternative", a assuré le Premier ministre britannique.

En effet, quelque 350.000 personnes à Hong Kong détiennent actuellement le "passeport britannique d'outre-mer", qui donne l'accès sans visa à la Grande-Bretagne pour un séjour allant jusqu'à six mois, a indiqué Boris Johnson. D'ajouter que, 2,5 millions de personnes supplémentaires seraient éligibles à une demande d'obtention de ce document, délivré aux habitants de l'ancienne colonie britannique lors de sa rétrocession à la Chine en 1997.

La Chine réplique

Suite à l'appel de Londres à ne pas imposer cette loi controversée, la Chine a répondu au Royaume-Uni mercredi 3 juin et appelle à "cesser immédiatement toute ingérence" dans les affaires hongkongaises.

À lire aussi
Florence Parly, ministre des Armées. Coronavirus France
Covid-19 : Parly admet avoir dit à tort que les militaires revenus de Wuhan avaient été testés

Ce projet législatif arrive en réaction aux manifestations monstres contre l'influence de Pékin qui ont ébranlé Hong Kong en 2019. Elles avaient donné lieu à des violences et renforcé un courant pro-indépendance. Le projet de loi, qui a obtenu le feu vert du parlement chinois mais qui n'est pas finalisé, prévoit de punir les activités séparatistes, "terroristes", la subversion, ou encore les ingérences étrangères dans le territoire.

Le Royaume-Uni, les États-Unis, l'Australie et le Canada ont publiquement exprimé leurs craintes. Et le ministre britannique des Affaires étrangères, Dominic Raab, a exhorté mardi Pékin à renoncer à cette loi, en plus de l'annonce faite par Boris Johnson.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Chine Hong Kong Passeport
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants