1 min de lecture Niger

Français tués au Niger : "On n'envoie pas des gens au casse-pipe", assure le directeur d'Acted

INVITÉ RTL- L'attentat au Niger du dimanche 9 août a tué sept Français membres de l'ONG, Acted. Son directeur général, Frédéric de Saint-Sernin réagit.

Thomas Sotto L'invité de RTL Soir Thomas Sotto iTunes RSS
>
Français tués au Niger : "on n'envoie pas des gens au casse-pipe", assure le directeur d'Acted Crédit Image : BOUREIMA HAMA / AFP | Crédit Média : RTL | Durée : | Date : La page de l'émission
BEGOT 245300
Amandine Bégot édité par Aude Solente

L'attentat au Niger du dimanche 9 août a fait 8 morts, dont sept Français et un Nigérien, leur guide. Les Français étaient membres d'Acted, une ONG qui répond aux besoins humanitaires des populations en situation de crise.

"On n'envoie pas les gens au casse-pipe. Ils reçoivent une formation avant, à Paris. On a besoin de personnes qui sont déjà opérationnelles parce qu'on leur demande beaucoup. Elles sont amenées à prendre des décisions qui peuvent être lourdes de conséquences", insiste sur RTL ce lundi 10 août Frédéric de Saint-Sernin, le directeur général d'Acted. 

Alors que la question de l'âge des humanitaires envoyés sur place, certains pouvant être très jeunes, a fait l'objet de critiques, il précise : "les individus que l'on envoie sur place sont donc chevronnés, quel que soit leur âge".

À la remarque de Sébastien Chenu, porte-parole du RN, qui estimait ce lundi 10 août sur Europe 1, qu'il était "inopportun" d'aller "se balader au Niger en ce moment", le directeur de l'ONG répond qu'Acted "ne prend jamais de décisions inconsidérées en particulier en matière de sécurité".  

À lire aussi
La voiture des personnes tuées le 9 août au Niger terrorisme
Français assassinés au Niger : l'État islamique revendique l'attaque

Il poursuit : "cela fait 27 ans que l'ONG intervient dans ces pays, et heureusement nous n'avons que très peu de victimes à déplorer. Ce qui s'est passé est le drame le plus conséquent que notre ONG a jamais connu. Ce sont nos enfants et nos frères qui nous ont quitté et nous sommes extrêmement touchés". "Maintenant, si on nous dit qu'on ne peut plus aller en Afrique pour aider la population locale, je ne sais pas comment on fait" a conclu Frédéric de Saint-Sernin. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Niger France Attentat
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants