1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. États-Unis : premiers essais d'un vaccin pour lutter contre le Covid-19
1 min de lecture

États-Unis : premiers essais d'un vaccin pour lutter contre le Covid-19

Des premiers essais cliniques d'un vaccin contre le coronavirus vont notamment être lancés aux États-Unis par le laboratoire américain Pfizer et en Allemagne par la société BioNTech.

Un test de dépistage chez le médecin (illustration)
Un test de dépistage chez le médecin (illustration)
Crédit : Schneyder Mendoza / AFP
États-Unis : premiers essais d'un vaccin pour lutter contre le Covid-19
02:59
États-Unis : premiers essais d'un vaccin pour lutter contre le Covid-19
02:59
Philippe Corbé - édité par Venantia Petillault

Le grand laboratoire pharmaceutique Pfizer débute un essai de vaccin sur les humains. En partenariat avec un groupe pharmaceutique allemand, les chercheurs d'une université new-yorkaise ont commencé à vacciner des volontaires depuis le début de la semaine. Pfizer a fait savoir que si ses tests s'avèrent positifs, le vaccin pourrait être produit en urgence d'ici septembre. 

Cet essai de vaccin est différent car au lieu d'essayer de manipuler le virus vivant pour empêcher sa propagation, ce projet de vaccin tente de reprogrammer le code génétique du virus. 

En réalité, le vaccin comporte un code génétique que l'on appelle l'acide ribonucléique messager, dit l'ARN messager. C'est quelque chose que produit le corps naturellement. Ainsi le vaccin comporte un message qui informe les cellules qu'elles doivent produire les protéines associées au virus mais sans déclencher la maladie. L'espoir des chercheurs c'est que ce vaccin pourrait déclencher une réaction naturelle du système immunitaire pour qu'il produise des anticorps. C'est donc presque "un vaccin naturel" car l'ARN messager est produit naturellement par le corps. C'est donc cette raison que le vaccin serait plus rapide à produire.

En temps normal, ce processus prendrait des années mais les chercheurs essayent d'aller le plus vite possible. Donc les recherches sur les humains ont aussi démarré en parallèle en Allemagne et aux États-Unis : 360 personnes volontaires vont participer à la première phase de l'étude et 8.000 dans un second temps. Le but des chercheurs est donc de permettre aux autorités sanitaires de valider en extrême urgence cet essai dans les prochaines semaines ou prochains mois et de produire les premiers millions de doses dès septembre avant qu'une éventuelle seconde vague n'arrive.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/