1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. États-Unis : les droits des LGBT+ sont-ils en danger ?
2 min de lecture

États-Unis : les droits des LGBT+ sont-ils en danger ?

Aux États-Unis, la Cour suprême, majoritairement républicaine, fait craindre un retour en arrière sur les libertés individuelles.

Des manifestants pour les droits des LGBT devant la Cour suprême des États-Unis à Washington en octobre 2019
Des manifestants pour les droits des LGBT devant la Cour suprême des États-Unis à Washington en octobre 2019
Crédit : SAUL LOEB / AFP
Philippine Rouvière Flamand

La Cour suprême est le sommet du pouvoir aux États-Unis. Elle est composée de 9 juges, tous nommés par les présidents. Les lois fédérales, c'est-à-dire valable pour l'ensemble des États, sont décidées par les juges de la Cour suprême. C'est notamment le cas du droit à l'avortement. Le positionnement politique des juges a donc une importance toute particulière. Actuellement, sur les 9 juges suprêmes qui composent la Cour, 6 ont été nommés par des présidents Républicains et 3 par des présidents démocrates. 

Clarence Thomas (nommé par George H.W Bush), Samuel Alito, John G. Roberts jr (nommés par George W. Bush), Neil Gorsuch, Brette Kavanaugh et Amy Coney Barret (nommés par Donald Trump) sont conservateurs. Ce sont ces juges qui ont permis de révoquer l'arrêt Roe Vs Wade, qui garantissait le droit à l'avortement aux États-Unis. 

Depuis la nomination par Donald Trump de trois juges suprêmes, ce qui est extrêmement rare, la communauté LGBTQ+ américaine craint un recul de ses libertés individuelles. 

La loi "Don't say gay" en Floride

Depuis le vendredi 1er juillet, la loi "don't say gay" (surnom donné à la loi par ses opposants) est entrée en vigueur dans le comté d'Orange à Orlando (Floride). Cette loi empêche les enseignants d'évoquer l'identité de genre et l'orientation sexuelle "d'une façon inappropriée pour l'âge ou le développement des élèves". En effet, selon le gouverneur de l'État, Ron DeSantis, "c'est aux parents de parler de ces questions avec leurs enfants". 

À lire aussi

Mais cette loi ne s'arrête pas là. Selon des informations de la chaîne locale WFTV9, les enseignants des écoles publiques ont été conviés à un séminaire présentant certains interdits accompagnant la loi. Tout d'abord, les enseignants ont rapporté à la chaine qu'il leur serait interdit de porter des articles ou des vêtements arc-en-ciel (drapeau LGBTQ+). Enfin, les professeurs seraient encouragés à ne pas avoir de photo d'eux et de leur partenaire sur leur bureau s'il s'agit d'une personne du même genre. 

L'arrêt "Obergefell vs. Hodges"

L'arrêt "Obergefell vs. Hodges" permet actuellement le mariage homosexuel partout aux États-Unis depuis le 26 juin 2015. Décidé par la Cour suprême américaine, cet arrêt fait office de règle générale à laquelle aucun État ne peut déroger. 

Mais Clarence Thomas, juge à la Cour suprême depuis plus de 30 ans, a récemment affirmé que le mariage homosexuel devrait faire l'objet du même traitement que le droit à l'avortement, récemment supprimé par la même Cour. Mais il reste encore trois juges démocrates et la communauté LGBTQ+ se bat pour conserver ce droit durement acquis. 

L'arrêt "Lawrence vs Texas"

L'arrêt "Lawrence vs Texas" a été décidé par la Cour suprême américaine en 2003. Cette jurisprudence a pour but de rendre anticonstitutionnelle toute loi pénalisant les relations sexuelles entre personnes du même genre. 

Cet arrête est également visa par le juge Clarence Thomas, qui a récemment affirmé devoir "corriger les erreurs" de la Cour suprême. Cette déclaration n'a pas été ignorée par le procureur général du Texas, Ken Paxton. Ce dernier a assuré à la télévision américaine que si la Cour suprême donnait son feu vert, en abrogeant cet arrêt, il participerait à l'interdiction des relations homosexuelles dans son État. Il s'est principalement concentré sur le sujet de la sodomie, pratique pourtant pratiquer par des personnes de toute orientation sexuelle. 

La rédaction vous recommande
À lire aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/