1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Donald Trump va poursuivre Facebook, Twitter, Google et leurs dirigeants en justice
1 min de lecture

Donald Trump va poursuivre Facebook, Twitter, Google et leurs dirigeants en justice

L'ancien président des États-Unis ne décolère pas depuis son éviction des plateformes après la prise d'assaut du Capitole. Il évoque "une censure illégale" et "anticonstitutionnelle".

Ll’ancien président américain Donald Trump à la Maison Blanche
Ll’ancien président américain Donald Trump à la Maison Blanche
Crédit : MANDEL NGAN / AFP
Benjamin Hue
Benjamin Hue

Six mois après son bannissement des principaux réseaux sociaux, la pilule est toujours aussi difficile à avaler pour Donald Trump. L'ancien président des États-Unis a annoncé ce mercredi 7 juillet qu'il avait déposé plainte en Floride contre Facebook, Twitter et Google ainsi que contre leurs dirigeants respectifs, Mark Zuckerberg, Jack Dorsey et Sundar Pichai. Trump accuse les trois patrons d'être à l'origine d'une "censure illégale et anticonstitutionnelle".

Evincé des grands réseaux sociaux depuis l'assaut meurtrier du Capitole, le 6 janvier, l'ancien locataire de la Maison Blanche adosse sa plainte à une action collective initiée par l'America First Policy Institute, une organisation créée par ses équipes de campagne en 2017 qui fait la promotion de "l'Amérique d'abord" défendue par Donald Trump tout le long de son mandat politique.

"Nous demandons au tribunal fédéral du district sud de la Floride d'ordonner l'arrêt immédiat de la censure illégale et honteuse de la part des groupes de réseaux sociaux visant les Américains", a expliqué Donald Trump. "Nous exigeons (...) la fin du silence forcé", a-t-il poursuivi, voyant dans son éviction la "meilleure preuve" que "la Big Tech est hors de contrôle".

Nous sommes engagés dans un combat que nous allons gagner

Donald Trump

"S'ils peuvent me le faire à moi, ils peuvent le faire à n'importe qui. Et d'ailleurs c'est exactement ce qu'ils font", a-t-il affirmé en donnant la parole à des citoyens se disant aussi victimes d'interdictions. "Nous sommes engagés dans un combat que nous allons gagner", a-t-il promis.

À lire aussi

Donald Trump avait vu ses comptes temporairement suspendus sur les principales plateformes au lendemain de l'assaut du Capitole le 6 janvier, lorsqu'il avait incité ses partisans à attaquer le siège du Congrès à Washington alors qu'il refusait de reconnaître sa défaite à l'élection face à Joe Biden. Facebook a ensuite suspendu son compte pour deux ans en juin. Avant d'être banni, Donald Trump comptait près de 89 millions d'abonnés sur Twitter, 35 millions sur Facebook et 24 millions sur Instagram.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/