3 min de lecture États-Unis

Donald Trump est-il une menace pour la démocratie américaine ?

Pour Joe Biden, Donald Trump met la démocratie américaine en danger avec ses nombreux mensonges au quotidien depuis 2016.

Yves Calvi_ 3 Minutes pour Comprendre La rédaction de RTL iTunes RSS
>
Donald Trump est-il une menace pour la démocratie américaine ? Crédit Image : MANDEL NGAN / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
Philippe Corbé
Philippe Corbé
édité par Maeliss Innocenti

Donald Trump ne veut toujours pas reconnaître sa défaite malgré le rejet de ses recours par la justice. Et malgré, aussi, le recomptage des voix en Géorgie qui confirme la victoire de Joe Biden. Le président élu a dénoncé "l’incroyable irresponsabilité" de Donald Trump qui selon lui remet en cause "le fonctionnement de la démocratie".

Donald Trump achève sa présidence comme il est entré dans la vie politique, en 2011, quand il a choisi avec cynisme de propager d’obscures théories complotistes pour suggérer que Barack Obama avait été élu illégalement. En mettant en doute le fait que le premier président noir était bien né aux États Unis, ce qui est une condition juridique pour accéder à la Maison Blanche.

C’est comme ça que Donald Trump s’est imposé dans le débat politique, en répétant jour après jour ces rumeurs nauséabondes, pour instiller le poison du soupçon. C’est comme ça que le présentateur de télé-réalité est devenu incontournable.

Le mensonge, la marque de fabrique de Trump

Le président Obama est tombé dans le piège. Il a espéré mettre fin à cette rumeur raciste en rendant public son acte de naissance prouvant qu’il était bien né sur le sol américain. Mais ça n’a pas éteint ces fantasmes conspirationnistes qui ont continué à prospérer sur les réseaux sociaux. Obama était naïf, croyant à la suprématie des faits, alors que Trump a compris depuis ses débuts à New York la puissance des mensonges.

À lire aussi
Des dollars américains (illustration). États-Unis
Pourquoi $ est-il le symbole du dollar ?

Il a menti sur tout. Ses conquêtes, sa fortune, même le nombre d’étages de la Trump Tower… Mais au fond, quand il n’était qu’une célébrité des tabloïds de Manhattan, ça ne provoquait pas beaucoup de dégâts. Après quatre ans à la Maison Blanche, il est encore trop tôt pour mesurer l’étendue des dommages.

Il n’est pas le premier président qui ment. Clinton et Nixon ont été menacés de destitution pour leurs mensonges, mais Trump le fait à un rythme et avec un volume inédit.

Le Washington Post a tenu un décompte détaillé de tous ses mensonges et déclarations fallacieuses depuis le début de sa présidence. Lors du dernier relevé en septembre, le compteur était déjà à 22.510 mensonges, ce qui fait une moyenne de 17 par jour. Mais cette moyenne est trompeuse, car la fréquence n’a fait que s’intensifier au fil de sa présidence. Selon ce relevé du Washington Post, Donald Trump a été, dans ses derniers mois de campagne, à plus de 50 mensonges par jour en moyenne.

Trump a transformé le débat public

C’est ce que l'on retiendra de sa présidence. Cette guerre contre la vérité. Même si une majorité d’Américains ne croient pas à la plupart de ses mensonges, il sème le doute, sape la confiance dans les institutions, nourrit les peurs.

Donald Trump n’a cessé de brouiller la frontière entre le vrai et le faux, entre les faits et les fantasmes. Il a insensibilisé beaucoup d’Américains aux mensonges. La plupart ne sont même plus relevés, ou à peine.

Pourquoi c’est grave ? Parce que le président a déboulonné l’axe autour duquel le débat public s’articule. C’est-à-dire une vérité admise par tous. Dans une démocratie, chacun peut exprimer son opinion, débattre, s’opposer, critiquer… On peut même occasionnellement s’insulter. Mais à une seule condition : que tout le monde parte d’une base commune, des faits.

Un dérèglement démocratique qui n'est pas qu'américain

Si on ne se met pas d’accord sur les faits, alors le système démocratique ne peut pas marcher. C’est aussi simple que ça. Chacun nourrit alors des soupçons sur l’autre, on tolère de moins en moins que l’autre ait une opinion adverse, car on ne partage pas ce socle commun de la vérité des faits. Regardez les dégâts des mensonges sur le virus.

C’est parce qu’il considère que Donald Trump méprise la vérité, privilégie la fiction aux faits, trompe les Américains, que Joe Biden accuse le président d’être une menace pour la démocratie.

Mais attention. Ça n’a pas commencé avec Donald Trump, il est le symptôme plus que la cause de ce dérèglement démocratique. Et cette menace ne pèse pas que sur la démocratie américaine. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
États-Unis Politique Donald Trump
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants