2 min de lecture États-Unis

Présidentielle américaine : comment Trump entraîne son parti dans le déni de la défaite

Toujours incapable de reconnaître sa défaite, Donald Trump menace les élus républicains de représailles s'ils le font à sa place.

Un air d'Amérique Un Air d'Amérique Lionel Gendron iTunes RSS
>
Présidentielle américaine : comment Trump entraîne son parti dans le déni de la défaite Crédit Image : Brendan Smialowski / AFP | Crédit Média : RTL | Durée : | Date : La page de l'émission
Lionel Gendron Journaliste

C'est une nouvelle déception pour le président Trump qui refuse toujours de reconnaitre sa défaite. L’État de Georgie a recompté tous les bulletins à la main, et confirme la victoire de Joe Biden. Ça a pris 6 jours, mais les responsables républicains de cet État confirment que Biden l’emporte, de 12.284 voix, et qu’il n’y a pas eu de fraudes ou d’irrégularités de grande ampleur. 

Ça fait presque 15 jours que l’équipe Trump dépose des recours en justice, mais État après État, ils sont rejetés par les juges faute de preuves. Donc après une série d’échecs devant les tribunaux, le camp Trump cherche maintenant à faire pression sur des élus républicains dans ces États-clés, pour qu’ils ne certifient pas les résultats. Le président en a même appelé, dans le Michigan, pour les inviter à la Maison Blanche.

On a aussi assisté ces dernières heures à une conférence de presse pleine de mensonges de l’avocat personnel du président, Rudy Giuliani, qui continue à répandre des rumeurs sur les conditions de vote dans le Michigan, en Pennsylvanie, des allégations déjà rejetées ces derniers jours par la justice. 

Certains crient au coup de force, mais c’était plus proche de la farce, parce que Giuliani transpirait tellement que la coloration brune de ses cheveux gris coulait sur ses joues. 

À lire aussi
Des dollars américains (illustration). États-Unis
Pourquoi $ est-il le symbole du dollar ?

Le président ne croit probablement plus pouvoir l'emporter. Mais il ne supporte pas de perdre, parce que depuis toujours il est terrifié plus que tout par la peur d’apparaitre faible. Or perdre, ou plutôt reconnaitre qu’on a perdu, c’est apparaitre faible, selon lui. Il préfère vivre ses dernières années en maintenant l’illusion qu’il n’a pas vraiment perdu.  

Les républicains ont peur des représailles

Et puis en nourrissant la colère de sa base électorale, il se réserve des options pour la suite. Est-ce qu’il essaiera de lancer une chaine de télé rivale de Fox News comme le pensent certains de ses soutiens ? Se présenter en 2024 ? Ou tout simplement rester le faiseur de roi au parti républicain, qui reste bien le parti de Trump. 

Et dans le camp républicain, si les élus ne l'appellent pas à reconnaître sa défaite, c'est qu'ils ont peur de la vengeance du président, car il garde la main sur la base électorale. L’objectif essentiel de court terme des républicains c’est de garder le Sénat et donc d’imposer une forme de cohabitation au président Biden.

Ça va se jouer dans deux seconds tours début janvier en Géorgie. La crainte des grands élus républicains, c’est que s’ils font pression pour que le président reconnaisse sa défaite, il se venge en appelant ses fidèles à ne pas voter pour les candidats du parti en Georgie. C’est ce qu’il a fait déjà dans le passé pour les sénateurs qui ont osé s’opposer à lui.

Et puis à plus long terme, tous ceux qui rêvent d’être candidat en 2024 ne veulent surtout pas fâcher Donald Trump, pour la même raison, de peur qu’il se venge en donnant des consignes de vote contre eux.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
États-Unis Présidentielle américaine Donald Trump
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants