3 min de lecture Suisse

Dans les coulisses de l'Institut Rosenberg, prestigieux pensionnat 5 étoiles

Pour une inscription à plus de 120.000 euros l'année, l'Institut Rosenberg offre aux enfants des familles les plus fortunées un enseignement de qualité ainsi qu'un confort des plus prestigieux.

Isabelle Choquet La Revue de Presse Isabelle Choquet iTunes RSS
>
Dans les coulisses de l'Institut Rosenberg, prestigieux pensionnat 5 étoiles Crédit Image : Institut auf dem Rosenberg / Wikimedia Commons | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
Isabelle Choquet
Isabelle Choquet édité par Marie Gingault

Ce mardi matin nous pénétrons dans un endroit très secret : l’Institut Rosenberg, que l’on présente souvent comme la garderie du Forum de Davos. Depuis plus d’un siècle, ce pensionnat 5 étoiles accueille les enfants des familles les plus fortunées au monde. Le magazine Elle nous offre cette semaine une visite guidée. 

Nous sommes à Saint-Gall, à la frontière avec le Liechtenstein, entre les Alpes et le lac de Constance. Perchés sur une colline, une dizaine de petits manoirs Art Nouveau entourés de grilles roses. Décor de vitraux et de statues de chérubins en céramique, c’est un peu Poudlard, l’école des sorciers d’Harry Potter, dans une carte postale des sports d’hiver.
 
Derrière ces grilles, 300 élèves, costume cravate pour les garçons, jupe plissée et blazer pour les filles. Vous ne saurez pas qui sont leurs richissimes parents. Ici, on ne brandit pas le pédigrée des élèves pour se faire de la pub. "Tout ce que je peux vous dire, glisse le directeur, c'est que les parents qui mettent leurs enfants à Rosenberg sont des gens très généreux". On s’en serait douté, vu que l’inscription coûte plus de 120.000 euros par an. 

Des enseignements et équipements prestigieux

Pour ce prix-là, les élèves sont chouchoutés et ultra-stimulés. Il suffit de regarder l’emploi du temps d’un collégien, on dirait celui d’un étudiant en master dans une université de prestige.  Il y a la base : leçons de codage ou de prise de parole en public, et puis les options : "diplomatie et leadership", "business familial" ou encore "robotique appliquée". Certains cours sont assurés par des professeurs d’Harvard et niveau équipement, on est presque à la Nasa : il y a une imprimante 3D, un équipement de réalité virtuelle, une machine à hologramme et une serre qui simule le climat en 2050, histoire d’"envisager l’avenir de l’agriculture". On est bien loin du bricolage de nos cours de technologie. 

Ici, pas de cours magistraux, pas de bachotage. Comme d’autres instituts du même genre, Rosenberg pratique la pédagogie inversée : l’élève est censé créer son propre savoir. Ce qui prime, c’est l’épanouissement personnel et la curiosité, la "connexion émotionnelle entre l’élève et le sujet" nous dit-on. Pour que ça connecte bien, l’école propose un encadrement très personnalisé : environ trois élèves par professeur et près de 700 cours différents chaque semaine. Ceux-ci sont agencés grâce à un algorithme et à une intelligence artificielle. Ainsi, chaque emploi du temps est taillé sur mesure.
 
Devenir maître du monde, c’est fatigant, donc tout est prévu pour que les futures élites se reposent. Chaque pensionnaire dispose de sa propre suite, avec salle de bains en marbre et parquet en bois de cerisier. Pour la détente : plusieurs terrains de tennis, une salle de fitness, un golf de 400 mètres carrés et un yacht pour des sessions de jet-ski sur le lac de Constance. À la cantine, pas d'œuf mayo en self-service : on sert à table des repas cuisinés par des chefs, garantis "100 % healthy" et "locavores". 

40% des enfants de Rosenberg viennent de Russie ou d'anciens pays soviétiques

À lire aussi
Le Baron Benjamin de Rothschild est décédé le 15 janvier 2021 à l'âge de 57 ans d'une crise cardiaque. Suisse
Le Baron Benjamin de Rothschild est décédé à l'âge de 57 ans

En face du réfectoire justement, il y a un grand panneau noir avec un chiffre : 0,045 %, "Pourcentage de la population qui a les moyens d’étudier dans ton école". Un pense-bête pour rappeler à ces enfants qu'ils sont privilégiés, et qu'on est entre soi. La mixité ? connaît pas, on est ici entre super-héritiers. Les élèves parlent tous au minimum trois langues. 

Environ 40 % viennent de Russie ou d’anciens pays soviétiques. Les parents travaillent dans la tech ou ils règnent sur une dynastie industrielle, ils vivent souvent sous la protection de gardes du corps et ils n’ont qu’une crainte, c’est que leurs enfants soient enlevés ou rackettés. D'où la discrétion du lieu, et les caméras de sécurité à chaque étage.

Après leur passage dans ce cocon, les étudiants s’éparpillent dans les meilleures universités du monde. La France est hors-jeu. Pour eux, c’est une sorte de province folklorique, tout juste l’objet d’un dîner spécial "South of France" mitonné par le chef étoilé. L’école du gotha : un reportage à lire dans Elle cette semaine.  

Lire la suite
Suisse École Richesse
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants