3 min de lecture Vente aux enchères

Tintin : l'original de la bande-dessinée "Le Lotus Bleu" de Hergé vendu aux enchères

Ce sera sans doute la vente de l’année. Dans quelques jours, le 14 janvier, l’original de la couverture du "Lotus Bleu" sera mis aux enchères. Une œuvre entourée d’un épais mystère.

Isabelle Choquet La Revue de Presse Isabelle Choquet iTunes RSS
>
La Revue de Presse du 08 janvier 2021 Crédit Image : AFP / Archives | Crédit Média : RTL | Durée : | Date :
La page de l'émission
Isabelle Choquet
Isabelle Choquet édité par Emmanuelle Brisson

Il y a Tintin et Milou qui surgissent, la mine défaite, d'une grande jarre bleutée. En arrière-plan un grand dragon rouge sur fond noir, effrayant. Et ci et là, quelques idéogrammes chinois. Il n’a fallu que quelques heures à Hergé pour réaliser ce dessin, en février 1936. 

C’est la première version de la célèbre couverture du Lotus Bleu, et cela pourrait devenir l’œuvre de bande dessinée la plus chère de l’histoire. On l’estime, tenez-vous bien, à 2,3 millions d'euros minimum, jusqu’à 2,8 millions peut-être. Un joyau, un diamant brut, réapparu dans des circonstances assez énigmatiques. Paris Match est parti sur ses traces.

Officiellement, le dessin a été offert par Hergé au petit Jean-Paul Casterman, le fils de son éditeur qui était alors un gamin de 7 ans. Le petit garçon l’aurait plié en six, on distingue encore les traces des pliures, et puis il l'aurait rangé dans un tiroir et ce sont ses enfants qui l’auraient trouvé bien après sa mort. Commentaire de Philippe Goddin, sans doute l’un des meilleurs spécialistes d’Hergé : "C’est une belle fable, mais c’est une fable".

Je suis convaincu que ce dessin a été volé par la famille Casterman

Nick Rodwell, mari de la veuve d'Hergé
Partager la citation

En embuscade, comme dans une aventure de Tintin, il y a un individu qui espère bien récupérer le bijou sans débourser un centime. Il s’appelle Nick Rodwell, c’est un anglais un peu fantasque, il est marié à la veuve d’Hergé et depuis des années c’est lui qui règne sur l'héritage de Tintin via la société Moulinsart. Pour lui, Le Lotus Bleu doit revenir au musée Hergé près de Bruxelles. Car il le dit tout net : "Je suis convaincu que ce dessin a été volé par la famille Casterman".

À lire aussi
société
Macron pose avec un t-shirt "LBD" : Jul raconte les coulisses de la photo sur RTL

Retour en février 1936. Hergé vient d’achever les aventures de son petit reporter en Extrême-Orient. Reste à trouver un titre. "Le Lotus bleu ! C'est court, ça fait chinois, et ça fait mystérieux", c’est ce qu’il écrit à Charles Lesne, son correspondant chez Casterman. L’éditeur veut publier l'album pour Pâques, mais il manque la couverture. Il y a donc urgence. Hergé dessine rapidement son esquisse, et il l'envoie par la poste. Les Sherlock de la BD ont mené l’enquête. "J'ai vu la lettre d'Hergé, dit Philippe Goddin. Elle comportait deux petits trous en haut à gauche. Or, si vous regardez attentivement le dessin, vous y distinguez exactement les mêmes traces. Hergé a donc agrafé la lettre sur le dessin, plié l'ensemble pour le faire entrer dans une enveloppe, et il a envoyé le tout à Casterman." Version confirmée par des scans à haute définition. Adieu la belle histoire du petit Casterman Junior.

Le 15 février 1936, Charles Lesne répond à Hergé : "Ton projet (que je te renvoie) est épatant." Épatant, mais trop cher. On demande donc à Hergé de refaire, en moins coûteux. Le Lotus Bleu parait en octobre 1936, avec une autre couverture.

Mais qu'est donc devenu l'original ?

L'original a-t-il donc été retourné à l’envoyeur, comme promis ? Et bien pas du tout. C’est un collectionneur belge qui l'a trouvé par hasard en 1979, alors qu’il visitait le siège de Casterman. Apparemment, personne ne savait que ce trésor dormait là. Le Tintin au dragon appartiendrait tout simplement à la grande famille des dessins "non récupérés chez l'éditeur". Ce dessin, il a été reproduit par la suite, Hergé l’a signé plusieurs fois, sans poser de question. Après sa mort, il a été montré dans une exposition. Mais sa veuve ne l'a pas réclamé.

Depuis, la donne a changé, les prix se sont envolés. Aujourd’hui, le dessin est une pièce de musée, et si la vente chez Artcurial a bien lieu, ils seront peu nombreux à pouvoir enchérir. Une poignée de collectionneurs richissimes, Benjamin de Rothschild, les héritiers Bic. On parle aussi de George Lucas, le réalisateur de "Star Wars". Ou pourquoi pas, d’un milliardaire chinois ? Pour peu qu'il s'appelle Tchang, ce serait juste parfait.

"Le trésor du Lotus Bleu", à lire dans Match cette semaine.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Vente aux enchères Littérature Bd
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants