1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Crise en Ukraine : comment la situation s'est-elle dégradée en moins de 24heures ?
3 min de lecture

Crise en Ukraine : comment la situation s'est-elle dégradée en moins de 24heures ?

D'une possibilité de sommet entre Moscou et Washington à l'entrée des chars en Ukraine : comment la situation s'est-elle dégradée en seulement quelques heures ?

Un soldat ukrainien à Stanytsia Louganska dans l'Est de l'Ukraine, le 17 février 2022
Un soldat ukrainien à Stanytsia Louganska dans l'Est de l'Ukraine, le 17 février 2022
Crédit : Aleksey Filippov / AFP
Philippine Rouvière Flamand

Lundi matin 21 février, tout laissait à penser que la situation était plus proche de la paix que de la guerre. Dans la nuit de dimanche à lundi, un communiqué de l'Élysée nous apprenait qu'un accord de principe avait été trouvé afin d'organiser une rencontre entre Joe Biden, président des États-Unis, et Vladimir Poutine, président de la Russie. Une éventuelle rencontre qui avait été obtenue par leur homologue français, Emmanuel Macron, qui prévenait tout de même qu'elle ne pourra se tenir "que si la Russie n'envahit pas l'Ukraine".

Quelques heures plus tard, le Kremlin juge "prématurée" l'organisation d'une rencontre entre les deux présidents. Moscou affirme vouloir se concentrer sur une rencontre entre les ministres des Affaires étrangères avant d'envisager une rencontre entre présidents. Dimitri Peskov, porte-parole du Kremlin, a déclaré alors : "Il y a une entente sur le fait de devoir continuer le dialogue au niveau des ministres (des Affaires étrangères). Parler de plans concrets, d'organisation de sommets, est prématuré."

Autre étape : les services de sécurité russes accusent l'Ukraine d'avoir détruit l'un de leurs postes aux frontières. Le Pays aurait tiré un obus sur une des structures du poste. Des propos appuyés par une vidéo attribuée au FSB (service fédéral de sécurité de la fédération de Russie), qui montre un bâtiment détruit au milieu d'une plaine. Des accusations démenties par l'armée ukrainienne, qui accuse par la suite la Russie de désinformation. "On ne peut pas les empêcher de produire ces fausses informations", a déclaré Pavlo Kovalchuk, porte-parole des forces armées ukrainienne.

La Russie abandonne l'idée de paix

Au cours d'une réunion du conseil de sécurité russe, Dmitri Kozak, chargé de négociations de paix en Ukraine, estime que le processus de paix avec leur voisin "est au point mort depuis 2019." Vladimir Poutine décide alors que les accords de paix de Minsk entre la Russie et l'Ukraine n'ont "aucune perspective". De plus, le président russe avait reçu la demande de reconnaissance d'indépendance de la part des Républiques populaires de Donetsk et Lougansk. Ces deux territoires sont, encore aujourd'hui aux yeux de la communauté internationale, ukrainiens mais pro-russes. Vladimir Poutine leur répond, au cours de l'après-midi heure de Paris, étudier la question, ce qui éloigne de plus en plus la Russie et l'Ukraine de la Paix.

À lire aussi

À peine quelques heures après, le chef du Kremlin annonce à la télévision russe qu'il décide de reconnaître l'indépendance de ces deux territoires. Il signe également avec eux des accords "d'amitié et d'entraide". Cette décision revient justement sur les accords de paix de Minsk qui visaient un retour à la souveraineté de ces zones.

Réactions de la communauté internationale

La communauté internationale réagis alors : Ursula Von der Leyen, présidente de la Commission européenne, affirme sur Twitter que cette reconnaissance d'indépendance était une "violation du droit international." Un constat partagé par la suite par Emmanuel Macron : "Il s’agit clairement d'une violation unilatérale des engagements internationaux de la Russie et d'une atteinte à la souveraineté de l'Ukraine." Le président français demande alors une réunion d'urgence du Conseil de sécurité des Nations unies ainsi que l'adoption de sanctions européennes ciblées", et estime que cet acte de la Russie "ne restera pas sans réponses", accompagné par Joe Biden (États-Unis) et Olaf Scholz (Allemagne).

Après avoir reconnu l'indépendance des Républiques populaires de Donetsk et Lougansk, Vladimir Poutine ordonne à l'armée russe d'y "maintenir la paix"," mais précise ne pas avoir l'intention de déployer des forces dans les territoires séparatistes dans l'Est de l'Ukraine, mais qu'elle le fera en cas de "menace".

De son côté, l'ONU regrette la décision de la Russie de donner "l'ordre de déployer des troupes russes dans l'est de l'Ukraine." L'Ukraine affirme que ses frontières ne changeront pas. Quant à la Russie, elle affirme ne pas avoir "l'intention de permettre un bain de sang dans le Donbass." 

La rédaction vous recommande
À lire aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/