1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Covid-19 : en l'absence de Donald Trump, Mike Pence peaufine sa stature présidentielle
3 min de lecture

Covid-19 : en l'absence de Donald Trump, Mike Pence peaufine sa stature présidentielle

ÉCLAIRAGE - Longtemps relégué au second plan, le vice-président américain n'entend pas laisser inoccupée la place rendue vacante par l'hospitalisation de Donald Trump.

  Le vice-président américain Mike Pence avec le président américain Donald Trump à Washington, le 23 septembre 2020.
Le vice-président américain Mike Pence avec le président américain Donald Trump à Washington, le 23 septembre 2020.
Crédit : MANDEL NGAN / AFP
Thomas Pierre

Et si son heure était enfin venue ? La contamination de Donald Trump au Covid-19, puis son hospitalisation, change la donne dans la course à la Maison-Blanche. De fait, depuis vendredi, Mike Pence n'est plus seulement ce vice-président effacé, en retrait, il est désormais le recours des républicains.

Un président par intérim, mais aussi un candidat en puissance, qui devrait assumer les pouvoirs de Donald Trump, si celui-ci venait à être empêché. Et alors que le camp Trump tente coûte que coûte de donner une image rassurante de l'état de santé du président américain, le vice-président, lui, occupe le terrain de la campagne. Il sera cette semaine, dans l'Utah, en Arizona et dans le Nevada.

Le discret numéro 2 compte bien ne pas laisser passer sa chance. Après avoir été relégué pendant des mois au second plan, Mike Pence est décidé à prendre toute la lumière, et peaufiner au passage sa stature présidentielle en amont d'un débat avec Kamala Harris, ce 7 octobre.

Une ambition présidentielle depuis l'adolescence

Et en l'état actuel des choses, la rencontre entre ce vice-président évangéliste et la colistière démocrate de Joe Biden devrait être particulièrement scrutée. "Normalement, le débat vice-présidentiel est sans conséquence. Ce n'est pas le cas en 2020", estime Alex Conant, un stratège républicain. 

Car une chose est sûre, c'est que Mike Pence n'a jamais caché ses ambitions. "Ayant aspiré à la présidence depuis son adolescence, Pence est maintenant plus proche du bureau ovale qu'il ne l'a jamais été", écrit ainsi the Atlantic. Derrière ce vice-président en retrait, et loyal au président Trump, se cacherait ainsi un "calculateur" attendant patiemment son tour.

À lire aussi

Son nom revient fréquemment pour 2024, mais 2020 ferait aussi bien l'affaire pour celui qui en 2016 avait déjà fomenté un "coup" contre le président Trump. À l'époque, quelques heures seulement après que la vidéo dans laquelle Trump se vantait d'avoir agressé sexuellement des femmes ait été révélée, "Mike Pence s'était dit prêt à prendre la place de Trump en tant que candidat présidentiel du parti", rappelle The Atlantic

"Un scénario catastrophe" ?

Cette montée en puissance de Mike Pence est donc loin de plaire à tout le monde. Au-delà d'un camp Trump qui ne compte se laisser voler la vedette, de sérieuses questions se posent également sur une éventuelle contamination du numéro 2, qui l’empêcherait à son tour de se présenter. "Un scénario catastrophe", selon Politico, qu'envisage pourtant certains stratèges républicains qui voudraient voir le vice-président sous sécurité sanitaire maximale à Washington. 

Bien que Mick Pence a été testé négatif au covid-19 vendredi, sa proximité avec Donald Trump et une dizaine de personnes testées positives, fait en effet de lui une personne à risque. Un "cas-contact", qui devrait, lui-aussi, respecter une quarantaine, s'inquiètent des experts médicaux auprès de Newsweek. Mais alors que les yeux se tournent enfin vers lui dans cette campagne, Mike Pence ne compte pas laisser passer l'opportunité de voir cette élection tourner enfin à son avantage. 

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/