1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Coronavirus : non, la première femme vaccinée au Royaume-Uni ne l'avait pas déjà été
2 min de lecture

Coronavirus : non, la première femme vaccinée au Royaume-Uni ne l'avait pas déjà été

FACT CHECKING - Une publication partagée sur les réseaux sociaux insinue que les images de Margaret Keenan, première Britannique à se faire vacciner contre la Covid-19, sont manipulées. C'est faux.

Margaret Keenan, première patiente à recevoir le vaccin Pfizer contre le Covid-19, à Conventry, le 8 décembre 2020
Margaret Keenan, première patiente à recevoir le vaccin Pfizer contre le Covid-19, à Conventry, le 8 décembre 2020
Crédit : Jacob King / POOL / AFP
Coronavirus : non, la première femme vaccinée au Royaume-Uni ne l'avait pas déjà été en octobre
00:02:56
Présidentielle américaine : les complotistes pro-Trump ne lâchent pas l'affaire
00:02:59
Coronavirus : non, la première femme vaccinée au Royaume-Uni ne l'avait pas déjà été en octobre
00:02:56
Présidentielle américaine : les complotistes pro-Trump ne lâchent pas l'affaire
00:02:58
micro générique
Jean-Mathieu Pernin - édité par Gaétan Trillat

Depuis le début de la pandémie, des figures comme Bill Gates, le président de l’OMS Tedros Adhanom Ghebreyesus ou Donald Trump reviennent régulièrement chez les propagateurs de fausses informations, mais Margaret Keenan aurait-elle pensé devenir un jour la cible des anti-vaccins radicaux ?

Cette Britannique est rentrée dans l’histoire quand, le 8 décembre dernier, dans un hôpital de Coventry, dans le centre de l’Angleterre, elle est devenue, à 90 ans, la première personne au monde à recevoir une dose de vaccin anti-Covid élaboré par Pfizer/BioNTech.

Ce jour-là, elle était vêtue d’un gilet gris recouvrant un t-shirt bleu, avec un petit pingouin qui souhaite un joyeux Noël. Mais était-ce vraiment elle ? D’après une publication partagée des milliers de fois sur les réseaux sociaux et remarquée par AFP Factuel, la même femme, habillée de la même manière, se retrouve sur le cliché d’une vaccination américaine en octobre dernier.

Manipulation ? Mensonge ? Complot ? Pas du tout, juste une incompréhension de la manière dont fonctionne internet. En fait, une capture d’écran d’un article de CNN daté du 22 octobre montre bien un cliché de Margaret Keenan, mais c’est parce que sur son site, la chaîne américaine propose de visionner des vidéos d’actualité récente en tête de tous les articles. Il est donc possible d’avoir sur la même page une vidéo du 8 décembre, puis en-dessous, un article daté du 22 octobre !

Ce n'est pas non plus une "Illuminati"...

À écouter aussi

Quel que soit l’événement, ce "truc" du cliché identique pour nous expliquer qu’on nous ment est fréquemment utilisé par les complotistes. Un phénomène qui s’est répété pendant les attentats de Paris en 2015, par exemple. Ces fake news sont facilement démontables grâce à des logiciels de recherche inversée, qui permettent à chacun de vérifier l’authenticité de l’image.

À moins que nous ne soyons aveuglés par la puissance mentale de Margaret Keenan puisqu’elle pourrait très bien être une Illuminati. Cela faisait longtemps que l’on n’avait pas eu de nouvelles de cette prétendue secte qui gouvernerait le monde. Selon certains, la retraitée anglaise en ferait partie car sur une photo prise après l’injection, elle place ses mains en triangle, signe de son appartenance aux Illuminati, donc… Une théorie folle mais partagée des milliers de fois.

Si on peut espérer que la majorité des gens n’y croient pas vraiment, le souci est que ces thèses alimentent un contexte déjà anxiogène et inondent les réseaux sociaux, où il est difficile de démêler la vérité du mensonge. Même au second degré, pour "rire", ne partagez pas ce genre de message, c’est le geste le plus altruiste que vous pouvez faire… Et ce n’est pas un complot Illuminati de le dire.

La rédaction vous recommande
À lire aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous