4 min de lecture Coronavirus

Coronavirus en Suède : comment s'organise le pays sans confinement strict ?

REPORTAGE - Tandis que le déconfinement soulève de nombreuses interrogations en France direction la Suède, où le confinement strict n'existe pas. Le bilan dépasse les 2.400 morts et les autorités affirment que l'épidémie est sous contrôle.

Calvi-245x300 RTL Matin Yves Calvi iTunes RSS
>
Coronavirus en Suède : pas de confinement strict, comment s'organise le pays ? Crédit Image : Nicolas Burnens / RTL | Crédit Média : Nicolas Burnens | Durée : | Date : La page de l'émission
Micro RTL (illustration)
Nicolas Burnens édité par Marie Gingault

Si le déconfinement est dans tous les esprits en France, en Suède pas de confinement strict, seulement des recommandations du gouvernement. Le pays déplore 2.400 morts et les autorités affirment que l'épidémie est sous contrôle

Dans les rues de Stockholm, les parents tiennent la main de leurs enfants sur le chemin de l’école, les bus sont remplis de passagers, rares sont ceux qui portent des masques. Dans les parcs, les adolescents se prennent en photo sous les cerisiers en fleurs, les terrasses sont remplies comme si de rien n’était. Mayan, une enseignante de 62 ans, boit un verre au soleil, après le travail. 

"Beaucoup de mes amis ne sortent pas, ils ont peur, je m’ennuie donc beaucoup. Je n'ai pas peur mais je prends mes précautions, nous gardons une distance lorsque nous sommes proches". Assise à bonne distance, son amie, Karina est consciente que la situation sanitaire est grave. "Je suis inquiète pour l’avenir, nous n’avons pas de médicaments contre ce virus, mais j'essaie d'écouter les autorités, de faire ce qu'elles disent de faire. J'espère que nous pourrons passer à travers cela sans que trop de personnes aient à mourir".

Bars et restaurants toujours ouverts

Les commerces et les bars sont restés ouverts mais derrière le comptoir, Nadia, serveuse, a changé sa manière de travailler. "Nous ne faisons que du service à table, plus de boissons ou de nourriture au comptoir ce qui évite une longue queue, nous avons des gants pour transporter les plats, du désinfectant pour les tables, j’espère que c’est suffisant".

À lire aussi
Un Airbus A 320 de la compagnie Air Corsica à l'aéroport Napoléon Bonaparte Ajaccio le 18 janvier 2019. Corse
Déconfinement : les vols vers la Corse doivent être justifiés jusqu'au 23 juin

Dans les restaurants, la fréquentation est en baisse, les Suédois sortent moins que d’habitude et le nombre de tables a été réduite afin de respecter la distanciation sociale. "Si vous regardez la terrasse, avant, elle était remplie à 100%, maintenant, c’est 30%, c’est le maximum que l’on puisse faire", explique Andreas, directeur d’un restaurant. "Nous avons dû couper 40% de nos effectifs. Mais cela serait pire de tout arrêter, pire que le virus".

Dans le pays, seuls les rassemblements qui dépassent 50 personnes sont interdits. Les plus vulnérables sont invités à rester chez eux et le télétravail est encouragé. Péron, employé de banque, est un jour sur deux à la maison : "Je ne sais pas quelle méthode est la meilleure, c’est celle que nous avons choisie. J'ai une grande confiance en le gouvernement, qui  délègue ses décisions à des autorités compétentes, ce n'est pas une décision politique comme en France ou aux Etats-Unis".

Les bars et restaurants restent ouverts à Stockholm Crédits : Nicolas Burnens / RTL | Date : 30/04/2020
3 >
Les bars et restaurants restent ouverts à Stockholm Crédits : Nicolas Burnens / RTL | Date : 30/04/2020
Les Suédois peuvent se déplacer librement Crédits : Nicolas Burnens / RTL | Date : 30/04/2020
Affiche rappelant les distances de sécurité dans un restaurant Mcdonald's de la ville Crédits : Nicolas Burnens / RTL | Date : 30/04/2020
1/1

188 décès par millions d'habitants, contre 310 en France

Pour combattre le coronavirus, le pays mise donc sur la confiance de sa population et son civisme. C’est la méthode défendue par l’Agence Suédoise de Santé Publique, indépendante du pouvoir politique. Une fois par jour, elle tient sa conférence de presse, avec ses graphiques et bilans projetés, devant des journalistes du monde entier. 

Anders Wallensten, est épidémiologiste au sein de cette administration, "Nous pensons que c’est un bon modèle pour la Suède car la population est habituée à ce type de restrictions volontaires. Quand il vient le temps de se vacciner on a un taux de couverture très haut, plus qu'ailleurs. Si vous fermez tout, vous pouvez avoir des difficultés sociales, vous connaissez ça en France. La vie est moins dure dans ces conditions".

La Suède déplore 188 décès du Covid par million d’habitants, contre 310 en France. Mais cette approche est critiquée par des scientifiques de renom, comme Stefan Hanson, spécialiste des maladies infectieuses : "Nous ne savons pas ce que cela peut donner et quel sera le résultat final. Personne ne sait vraiment ce qu'est l'immunité collective et combien de personne devront être infectées. Ce qui est sûr, c'est que pour l'attendre il y a aura beaucoup de morts. C'est une question de vies humaines. Si vous utilisez un modèle de comparaison similaire aux autres pays nordiques, il y a moins de morts qu’en Suède".

Une pétition signée par 2 000 chercheurs suédois demande la mise en place de mesures plus strictes, comme la fermeture temporaire des bars et des restaurants.

Des générations entières se côtoient dans des appartements surpeuplés

Anders Österberg, député au parlement suédois
Partager la citation

L’autre problème en Suède, c’est que les personnes âgées dans les maisons de retraite et surtout les immigrés sont d’avantage touchés par le coronavirus. Il suffit de se rendre en périphérie de Stockholm, à Kista, avec ses tours d’immeubles grisâtres, qui ressemble à beaucoup de banlieues françaises. Ici, les habitants d’origine étrangère représentent 40% des cas de Covid enregistrés. Des dizaines d’entre eux sont hospitalisés. Plusieurs sont décédés. Dans la rue, Abdé, 50 ans, se protège le visage avec son écharpe.

"Je suis chauffeur de bus, c'est risqué pour moi d'aller travailler je risque d'attraper le virus. Je ne veux pas sortir pour mourir. Le gouvernement dit que les groupes à risque doivent rester à la maison, mais qui va me payer si je ne travaille pas ? (...) Pour éviter les risques on ne sort qu'une heure par jour, juste pour aller faire les courses", explique Abdé.

À Stockholm, 2 habitants sur 10 sont nés à l’étranger et la maîtrise de la langue n’est pas le seul problème. Anders Österberg, député au parlement suédois, vit dans ce quartier. "Ici, nous avons beaucoup de travailleurs, qui sont infirmiers, s’occupent des personnes âgées, sont conducteurs de métro, ils ne peuvent pas rester à la maison. En Suède, la majorité des foyers sont composés de personnes qui vivent seules, mais ici des générations entières se côtoient dans des appartements surpeuplés sans possibilité d’être en quarantaine", souligne le député.

Placardées dans les rues, des affiches traduites en une quinzaine de langues, rappellent les gestes barrières. La municipalité propose également aux personnes infectées de s’isoler dans des appartements spécialement mis à disposition.   

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Coronavirus Suède Épidémie
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants