1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Coronavirus en Italie : Milan enterre les corps non réclamés de victimes du virus
1 min de lecture

Coronavirus en Italie : Milan enterre les corps non réclamés de victimes du virus

La ville de Milan, au coeur de la région italienne la plus touchée par le coronavirus, a commencé à enterrer des dizaines de victimes dont les corps n'ont pas été réclamés par leurs proches.

Le cimetière où sont enterrées les victimes du coronavirus dont personne n'a réclamé le corps
Le cimetière où sont enterrées les victimes du coronavirus dont personne n'a réclamé le corps
Crédit : Miguel MEDINA / AFP
Esther Serrajordia & AFP

Depuis le début de la pandémie de coronavirus, la Lombardie, région dont Milan est la capitale, a enregistré quelque 13.000 morts, soit plus de la moitié des décès de l'Italie. Ce jeudi 23 avril, Milan a commencé à enterrer des dizaines de victimes dont les corps n'ont pas été réclamés. 

Des rangs serrés de petites croix blanches sont alignés devant des fosses creusées au tractopelle pour recevoir les dépouilles au cimetière de Musocco. 61 premiers corps ont été inhumés. "Ce n'est pas une fosse commune, c'est un espace entièrement dédié à ces gens qui sont malheureusement morts sans avoir de proches auprès d'eux", a expliqué à la presse l'adjointe en charge entre autres des services funéraires et des cimetières de la capitale lombarde, Roberta Cocco. 

"Chacune des personnes décédées dispose d'un nom et d'une croix pour permettre qu'elles soient reconnues", a-t-elle précisé. "Cela ne signifie pas qu'elles n'ont pas de famille, cela signifie que durant cette période particulière, au bout de cinq jours après le décès, nous n'avons pas reçu d'indication sur ce qu'il fallait faire de cette personne".

Possibilité de récupérer les corps au bout de deux ans

Face à la hausse des décès et au risque de saturation des morgues, Milan a en effet décidé de réduire de trente à cinq jours le délai durant lequel les familles et proches des victimes peuvent récupérer leur corps. 

À lire aussi

Celles qui n'ont pas été en mesure de réclamer un corps en raison des mesures drastiques de confinement ou de leur propre état de santé auront la possibilité de le récupérer au bout de deux ans "pour des raisons sanitaires", a indiqué Roberta Cocco.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/