2 min de lecture Réseaux sociaux

Coronavirus en Italie : non, les restaurateurs ne bravent pas l'interdiction d'ouvrir

Une vidéo sur les réseaux sociaux tente de faire croire que des restaurateurs italiens bravent l'interdit et ouvrent leurs établissements.

Micro générique Switch 245x300 Fact Checking Jean-Mathieu Pernin iTunes RSS
>
Italie : non, les restaurateurs ne bravent pas l'interdiction d'ouvrir Crédit Image : Roberto Valdivia /Unsplash | Crédit Média : RTL | Durée : | Date :
La page de l'émission
micro générique
Jean-Mathieu Pernin et Ryad Ouslimani

Sur les réseaux sociaux, le hashtag "désobéissance civile" est largement utilisé pour protester contre les restrictions sanitaires. Un pays est cité en exemple, l’Italie où cafés et restaurants seraient ouverts malgré l’interdiction des autorités. Mais qu'en est-il ?

Tout part d'une vidéo qui fait écho à l’affaire du restaurateur de Nice qui a servi des repas malgré l’interdiction. Filmé depuis une voiture, on voit des clients attablés à la terrasse d’un établissement. Et d’après son auteur, il s’agirait d’un mouvement de désobéissance des restaurateurs italiens. Dans cette vidéo, il fait bien jour, et retenez bien cette information, c’est important pour la suite.

L’AFP, qui à mis au jour cette intox, a remarqué que ce restaurant ne se trouve pas n’importe où puisqu’il se situe à Naples, on y aperçoit le Vésuve sur un plan. Naples se trouve dans la région de Campanie. En Italie, ils n’ont pas abandonné le système des couleurs comme celui qui occupait nos soirées lors des points presse du premier confinement. 

Ainsi il y a le rouge, le orange et le jaune, selon la situation sanitaire. La Campanie se trouve en jaune. Quand on va sur le site du ministère de la Santé italien, on découvre que la couleur jaune permet d’avoir des activités de restauration entre 5h00 et 18H00.

Pas d'ouvertures subversives en Italie

À lire aussi
coronavirus
Confinement : Espagne, Italie, Royaume-Uni... Comment nos voisins s'organisent

Dehors, en cette période, le soleil se couche vers 17h15 selon la météo italienne. Donc ce restaurant n’est pas ici ouvert en dehors des ouvertures réglementaires, il est donc faux de prétendre qu’il s’agit d’une rébellion des toques blanches italiennes.

Le mouvement de désobéissance civile est pour le moment d’avantage sur les réseaux sociaux que dans la réalité. Il est vrai qu’en octobre, il y a eu des manifestations contre les couvre-feux. Début janvier, certains restaurateurs de la Botte ont ouvert plus tard que ce que les consignes sanitaires imposaient à Rome, à Naples et en Sardaigne. Contrairement à ce qu’affirment certains messages français ou francophone, la désobéissance de quelques restaurateurs italiens n’a pas mené à la révolution, nous ne sommes pas encore au .Che Guevara de la Margarita. 

Par contre, de l’autre côté des Alpes, un mot clefs sur les réseaux sociaux à eu une certaine résonnance : "Io apro", "Moi j’ouvre". Il est soutenu par l’extrême-droite et, faute de provoquer des ouvertures illégales, s’est transformé en message de soutien aux restaurateur.

En France, l'affaire du restaurateurs niçois a intrigué les milieux complotistes. Une théorie repérée par certains journalistes sur les réseaux sociaux, et elle est totalement absurde. Certains appellent à ouvrir les restaurants et café le 1er février. Or, si ce restaurateur à préféré ouvrir mercredi midi, un dehors du mot d’ordre lancé pour lundi prochain. Bizarre, il y aurait donc un complot au seins des complotistes ? La chose va devenir de plus en plus complexe.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Réseaux sociaux Commerce Restaurant
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants