2 min de lecture Santé

Coronavirus en Chine : le test Covid anal dérange les internautes

Dans certains cas, les autorités chinoises effectuent des prélèvements rectaux afin de dépister avec plus de précisions la Covid-19.

Un test de dépistage de la Covid-19 (illustration)
Un test de dépistage de la Covid-19 (illustration) Crédit : KEVIN WINTER / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / GETTY IMAGES VIA AFP
Ryad Ouslimani
Ryad Ouslimani
et AFP

C'est une technique de dépistage de la Covid-19 efficace qu'utilisent les autorités chinoises, mais elle ne fait pas l'unanimité.  En effet, selon plusieurs internautes locaux, ainsi que la télévision, la Chine a recours dans certaines circonstances à des dépistages du coronavirus via des prélèvements rectaux

En effet, selon la chaîne CCTV, plusieurs résidents de quartiers de Pékin, où plusieurs cas ont été découverts, on été dépistés en étant soumis à un écouvillonnage rectal. La mesure est aussi imposée aux personnes soumises à des quarantaines dans des hôtels, notamment les voyageurs arrivant de l'étranger

Le dépistage rectal "permet d'augmenter le taux de détection des personnes infectées" car le coronavirus reste présent plus longtemps dans l'anus que dans les voies respiratoires, a indiqué à CCTV le médecin Li Tongzeng, de l'hôpital You'an de Pékin.

Pointée comme étant le foyer de démarrage de la pandémie de Covid-19, la Chine mène une guerre et une traque sans merci au virus, recourant à des mesures rapides et dures. Une politique qui a comme résultat de voir l'épidémie endiguée dans le pays depuis le printemps 2020. Ainsi, deux morts "seulement" ont été recensés depuis le mois de mai. Mais quelques petits foyers de contaminations apparaissent depuis quelques semaines. 

Des internautes dérangés par la pratique

À lire aussi
Coronavirus Chine
Coronavirus en Chine : "toutes les hypothèses" restent sur la table sur l'origine de la pandémie

Ils ont poussé les autorités sanitaires à réaliser des dépistages PCR massifs et rapides de dizaines de milliers d'habitants. Les prélèvements sont effectués en général par frottis dans le nez ou la gorge. Mais certains prélèvements rectaux sont aussi pratiqués, et sur internet, les réactions oscillaient mercredi 27 janvier entre l'effroi et la dérision.

"Soulagé d'être déjà rentré en Chine !", écrit un utilisateur du réseau social Weibo. "C'est pas trop douloureux mais certainement super humiliant", estime un autre. D'aucun ayant déjà dû subir l'écouvillonnage rectal s'en remettent à l'humour. "J'ai fait deux dépistages anaux. Dans la foulée, on m'a aussi prélevé un échantillon dans la gorge. À chaque fois, j'avais peur que l'infirmière oublie de changer d'écouvillon entre les deux", plaisante un utilisateur de Weibo.

CCTV a précisé dimanche que les tests rectaux n'avaient pas vocation à être généralisés car ils ne sont "pas assez pratiques". Avec une épidémie de Covid-19 qui fait encore rage dans de nombreuses régions du monde, la Chine, qui limite déjà fortement les arrivées internationales depuis mars 2020, a renforcé ces derniers mois les restrictions.

Toutes les personnes désirant se rendre dans le pays doivent présenter avant l'embarquement deux tests Covid négatifs (PCR et sérologique) et effectuer à leur arrivée et à leurs frais une quarantaine d'au moins 14 jours dans un hôtel, voire souvent plus.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Santé Chine Coronavirus
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants