1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Conflit israélo-palestinien : "Les affrontements risquent de renforcer le jihadisme", souligne Enderlin
2 min de lecture

Conflit israélo-palestinien : "Les affrontements risquent de renforcer le jihadisme", souligne Enderlin

INVITÉ RTL - L'ancien correspondant de France 2 à Jérusalem, Charles Enderlin, décrypte les tensions qui se sont aggravées ces derniers jours à Gaza et déplore le désintérêt de la communauté internationale.

Photo d'une explosion au sud de Gaza après une frappe aérienne menée par Israël.
Photo d'une explosion au sud de Gaza après une frappe aérienne menée par Israël.
Crédit : SAID KHATIB / AFP
Conflit israélo-palestinien : "les affrontements risquent de renforcer le jihadisme, y compris en Europe"
08:20
RTL Petit Matin - Julien Sellier
Julien Sellier
Animateur

Après une nuit de feu au Proche-Orient, l'engrenage mortel est enclenché. Le Hamas et le Jihad islamique ont tiré plus de 300 roquettes dans la nuit de mardi à mercredi 12 mai. Ces missiles ont notamment tué cinq Israëliens. En réponse Tsahal est intervenue dans la bande de Gaza faisant 35 morts côté palestinien. L'Europe, les États-Unis, l'ONU appelle en vain au calme.

Charles Enderlin a été longtemps le correspondant de France 2 à Jérusalem. Il publie ses mémoires De notre correspondant à Jérusalem : le journalisme comme identité (éditions Don Quichotte).

Selon lui le dôme de fer israélien tient bon pour l'instant : "Les batteries anti-missile sont extrêmement efficaces puisque dans cette pluie de missiles, seules quelques roquettes ont franchi cette barrière. Sans cela, il y aurait sûrement des centaines de morts à Tel-Aviv et dans les localités autour de Gaza."

"Il n'y a pas eu de tel bombardement sur la région de Tel-Aviv depuis 1991 et la première Guerre du Golf, lorsque Saddam Hussein avait tiré des missiles Scud en direction de Tel-Aviv, mais ils étaient beaucoup moins nombreux".

Des expulsions de palestiniens à l'origine de l'escalade

À lire aussi

Le siège de la police a été détruit à Gaza ces dernières heures. "Les Israéliens préparent une intervention terrestre, observe Charles Enderlin. Des unités blindées et d'infanterie sont acheminées autour de la bande de Gaza, dans ce cas on entrerait de plein pied dans une guerre. Dans cette région, lorsque commence une opération militaire de ce genre, on sait rarement quand elle va se terminer. En juillet 2014, l'opération aérienne israélienne aérienne contre le Hamas à Gaza devait durer quelques jours mais a finalement duré 50 jours : 2.000 morts palestiniens, 66 israéliens tués. Tout est possible, et aucun des deux camps ne veut céder quoi que ce soit, ou accepter un cessez-le-feu".

Charles Enderlin rappelle les origines de l'escalade militaire : "Des manifestations à Cheikh Jarrah, quartier à Jérusalem, pour empêcher des expulsions de familles palestiniennes, ont provoqué des affrontements. Dès le début du Ramadan, des affrontements entre de jeunes Palestiniens et la police israélienne à la porte de Damas, et surtout sur l'esplanade des cinq mosquées, le troisième lieu saint de l'Islam, l'endroit le plus sensible de la région. Des milliers de Palestiniens ont affronté la police israélienne qui n'a pas fait preuve de la meilleure compréhension".

Désintérêt de la communauté internationale

Ces dernières heures, des émeutes ont éclaté dans la ville de Lod, en Israël : "Les affrontements et l'intervention de quelque mouvement extrémiste israélien a provoqué une explosion et les jeunes arabes israéliens ont fini par descendre dans la rue. Pour la première fois, un couvre-feu est imposé sur une ville israélienne".

Selon Charles Enderlin, "l'Europe a largement sa part de responsabilité. Des diplomates nous expliquaient récemment que le conflit israélo-palestinien avait perdu de son importance, qu'il fallait ignorer la colonisation en Cisjordanie. Mais en fait le conflit est devenu de plus en plus religieux, et les événements de ces derniers jours risquent de renforcer le jihadisme également en Europe. Les deux camps ignorent tous les appels au retour au calme". Le journaliste prévient : "Il faut que la communauté internationale intervienne rapidement ou ce conflit finira une fois de plus de se retrouver dans les rues en Europe".

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/