2 min de lecture Coronavirus

Chloroquine : quels sont les liens de Trump avec Sanofi, le géant français du médicament ?

Le "New York Times" assurait mardi 7 avril que le président américain aurait, ainsi que des membres de son entourage, des intérêts financiers dans Sanofi. Le fabricant français commercialise un dérivé de la chloroquine, le médicament dont Donald Trump ne cesse de vanter les mérites pour lutter contre le Covid-19.

Le président américain, Donald Trump.
Le président américain, Donald Trump. Crédit : CHIP SOMODEVILLA / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP
Thomas Pierre
Thomas Pierre Journaliste

Dans la lutte contre le covid-19, Donald Trump prêche haut et fort pour un recours massif à la chloroquine. Et pour vanter les mérites de cet antipaludique, le président américain n'hésite pas à s'appuyer sur des études, notamment françaises. Contestées, les publications du Pr Didier Raoult font part de résultats positifs sur des patients atteints du coronavirus, alors même que la question divise toujours la communauté scientifique. 

Au-delà du simple souci sanitaire, voire politique, de trouver une issue rapide à la crise, un véritable intérêt financier pourrait expliquer en partie pourquoi Donald Trump a jeté son dévolu sur la chloroquine. C'est du moins ce qu'affirme le New York Times ce mardi 7 avril. 

Le quotidien américain soutient en effet que le milliardaire aurait des liens directs et indirects avec Sanofi, l'industriel français qui fabrique l'hydroxychloroquine, un médicament dérivé de la chloroquine et commercialisé sous le nom de Plaquénil. "Si l'hydroxychloroquine devient un traitement accepté, écrit le quotidien, plusieurs sociétés pharmaceutiques devraient en tirer profit, notamment des actionnaires et des cadres supérieurs ayant des liens avec le président"

"Un petit intérêt financier personnel dans Sanofi"

Dans les principaux actionnaires du géant pharmaceutique, on compterait en effet Fisher Asset Management, une société d'investissement dirigée par Ken Fisher, un grand donateur du parti républicain et par conséquent de Donald Trump. 

À lire aussi
Marine Le Pen le 1er mai 2020 coronavirus
Pour Marine Le Pen il est "urgent" de "s'inspirer" du général de Gaulle

Un autre fonds, Invesco, aurait également investi dans Sanofi, ainsi que dans Mylan, un autre acteur important du secteur. Son ancien patron n'est autre que l'actuel secrétaire d'État américain au commerce : Wilbur Ross, qui a depuis démenti avoir eu connaissance de ces placements. 

Par ailleurs, le New York Times affirme que Donald Trump lui-même aurait "un petit intérêt financier personnel dans Sanofi". "Depuis l'année dernière, M. Trump a signalé que ses trois trusts familiaux avaient chacun des investissements dans le fonds commun de placement Dodge & Cox, dont la plus grande participation était dans Sanofi", assure enfin le quotidien.

La Maison Blanche n'a pour l'heure pas réagi à ces suspicions de conflits d'intérêts alors même que les États-Unis subissent de plein fouet la pandémie de coronavirus, en comptant déjà plus de 11.000 morts et près de 370.000 personnes contaminées. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Coronavirus Donald Trump New york times
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants