2 min de lecture États-Unis

Coronavirus aux États-Unis : pourquoi Donald Trump mise tant sur la chloroquine

Le président américain fonde de grands espoirs sur un traitement à base de chloroquine pour endiguer l'épidémie, mais pas seulement. Il y voit également un intérêt politique.

Un air d'amérique - Corbé Un Air d'Amérique Philippe Corbé iTunes RSS
>
Coronavirus aux États-Unis : pourquoi Donald Trump mise tant sur la chloroquine Crédit Image : WIN MCNAMEE / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / Getty Images via AFP | Crédit Média : RTL | Durée : | Date :
La page de l'émission
Philippe Corbé
Philippe Corbé
édité par Léa Stassinet

L’un des plus fervents avocats de la chloroquine, c’est le président Trump. Le président américain en parle presque tous les jours, et cite régulièrement les essais menés en France.
Il est même de plus en plus insistant. On espère tous que cela permettra de sauver des vies, mais lui y voit aussi un intérêt politique. 

Il aimerait que la chloroquine soit ce qu’on appelle en anglais une silver bullet, une balle de pistolet d’argent, quelque chose qui ferait instantanément éclater cette crise sanitaire, la crise économique qu’elle engendre, et même la crise politique, ou en tout cas la situation délicate dans laquelle il se trouve, puisqu'on est à 7 mois de l’élection ici, et qu’il ne peut plus faire campagne. Et assez habilement il a fait de la chloroquine un argument de campagne. 

En coulisses, à la Maison Blanche, il y a des tensions entre les scientifiques, les experts de la crise sanitaire, et les conseillers économiques et politiques du président, pressés que l’activité économique reparte, que la crise s’estompe, et qui donc s’accrochent à la chloroquine comme la seule chance que ça aille vite. 

Le chef de l'agence sanitaire reste prudent

Ils sont soutenus par des relais très puissants, qui ont beaucoup d’influence sur le président, les animateurs de FOX News, qui consacrent une bonne partie de leurs émissions à la chloroquine. Une animatrice de FOX News est allée à la Maison Blanche vendredi pour défendre la chloroquine auprès du président : elle est venue avec deux médecins invités réguliers de son émission, et le président avait convié le chef de l’agence sanitaire qui a approuvé l’utilisation de la chloroquine ici dans certains cas, mais reste prudent sur une généralisation. Comme tous les scientifiques autour du président qui préfèrent d’attendre les résultats.

À lire aussi
Joe Biden, mardi 3 mars 2020, lors de la campagne du parti démocrate Présidentielle américaine
Etats-Unis : Joe Biden sera officiellement le candidat démocrate

Quand l’un d’entre eux eux est interrogé lors du point presse quotidien à ce sujet,  le président l'empêche de répondre. Il veut être le seul en parler, parce que lui répète le même message sur la chloroquine : "Qu’est ce que vous avez à perdre à en prendre, qu’est ce que vous avez à perdre ?". Même si médicalement, on ne sait pas encore si le président a raison de défendre avec autant de foi la chloroquine, lui sent que c’est son intérêt politique.

Donald Trump, "cheerleader" de la nation

D’abord parce que cela lui permet de porter un message d’espoir dans cette épisode très sombre, il le dit lui même, il vend de l’aspiration. Il a dit l’autre jour qu’il se voit comme le cheerleader de la nation. Cheerleader, c’est le mot américain pour les pom-pom girls.
C’est son caractère, son instinct, mais il y a aussi une part de calcul politique.

Il n’est pas certain que la chloroquine va être le remède miracle, il le dit lui-même, mais même si c’est seulement 1 chance sur 10, 1 chance sur 5, il veut la prendre, car si ça marche, il pourra triompher, en clamant, "vous voyez, j’avais raison, et pas les scientifiques, les élites" si vous voulez. Car c’est avec ce message peuple contre élites qu’il a été élu.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
États-Unis Donald Trump Coronavirus
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants