1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Brexit : "Il y a toutes les chances" pour qu'il n'y ait pas d'accord
2 min de lecture

Brexit : "Il y a toutes les chances" pour qu'il n'y ait pas d'accord

Les proches du dossier expliquent qu'un accord post-Brexit est devenu très hypothétique, même si Boris Johnson est attendu à Bruxelles cette semaine.

Le siège de la Commission européenne à Bruxelles le 22 septembre 2014 (illustration).
Le siège de la Commission européenne à Bruxelles le 22 septembre 2014 (illustration).
Crédit : AFP / EMMANUEL DUNAND
Ryad Ouslimani & AFP

Un accord entre l'Union européenne et la Grande-Bretagne pour un Brexit cordial est encore espéré, mais les illusions se font de plus en plus minces. Pourtant, le Premier ministre Boris Johnson se rendra bien à Bruxelles "dans les prochains jours". Il devrait y rencontrer la cheffe de l'exécutif européen Ursula von der Leyen, pour ce qui ressemble à une mission de la dernière chance. 

Une chance infime à en croire des personnes proches du dossier. "La situation semble très compliquée et il y a toutes les chances que nous n'y arrivions pas", a cependant averti un responsable britannique.

À l'issue d'un entretien téléphonique entre les deux responsables politiques, Boris Johnson et Ursula von der Leyen n'ont pu que constater, à nouveau, "que les conditions" pour finaliser un accord n'étaient "pas réunies".

Un accord à trouver avant mercredi

Le jour de la venue du Britannique n'est pas encore fixé, mais il est acquis que le chef du gouvernement de sa majesté ne participera pas au sommet prévu jeudi et vendredi à Bruxelles. Les discussions entre les deux parties achoppent toujours sur les trois même sujets : l'accès européen aux eaux britanniques, la manière de régler les différends dans le futur accord et les garanties exigées à Londres par l'UE en matière de concurrence en échange d'un accès sans tarifs ni quotas à son immense marché.

À lire aussi

Au cours d'une rencontre lundi matin avec les ambassadeurs des 27, le négociateur en chef de l'UE, Michel Barnier, n'avait pas caché l'absence de progrès sur ces trois sujets. Il avait ensuite estimé lors d'un autre point avec des eurodéputés qu'une décision sur la possibilité de conclure ou non un accord devait être prise d'ici mercredi, à la veille du sommet européen. Avant de reprendre les échanges avec son homologue britannique David Frost.

En amont de son coup de fil avec Boris Johnson, Ursula von der Leyen s'était entretenue par visioconférence avec le président français Emmanuel Macronla chancelière allemande Angela Merkel et le président du Conseil européen Charles Michel, officiellement pour préparer ce sommet européen. Mais le Brexit a fait partie des discussions.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/