3 min de lecture Meurtre

Brésil : une députée, mère de 55 enfants, accusée d'avoir tué son mari

Flordelis dos Santos, une députée brésilienne de 59 ans, est accusée d'avoir orchestré le meurtre de son mari, avec l'aide de ses enfants.

Isabelle Choquet La Revue de Presse Isabelle Choquet iTunes RSS
>
Brésil : une députée, mère de 55 enfants, accusée d'avoir tué son mari Crédit Image : Michel JESUS / Brazilian Chamber of Deputies / AFP | Crédit Média : RTL | Durée : | Date : La page de l'émission
Isabelle Choquet
Isabelle Choquet édité par Sarah Belien

Direction le Brésil ce mardi 13 octobre, pour une télénovela grandeur nature. Le nom de Flordelis dos Santos y circule beaucoup. Ce n'est pas une héroïne de feuilleton, et pourtant sa vie est un roman qui, depuis un an, vire au polar. La députée de 59 ans est accusée d'avoir orchestré le meurtre de son mari, avec l'aide de ses enfants. On découvre son histoire hors du commun dans M, le magazine du Monde.

Flordelis est immensément connue au Brésil. Cette femme est bien plus qu'une simple députée, c'est un personnage. Regard de braise, lèvres pulpeuses, elle est pasteure évangélique, chanteuse de gospel et on la surnomme la mère des favelas. En effet, Flordelis a adopté 51 gamins des rues, en plus de ses quatre enfants biologiques.

La rue, elle en vient. Enfant d'une favela de Rio, quand elle était ado, elle accompagnait sa mère au temple. C'est là qu'elle a trouvé sa double vocation : le chant et Dieu. Cette voie lui vaudra d'ailleurs un disque d'or.

Elle adopte 37 enfants d'un coup !

En même temps que le chant, Flordelis travaille comme prof dans les bidonvilles. C'est dans les années 90 qu'elle commence à adopter des enfants. Trente-sept d’un coup en 1994, essentiellement des gamins des rues, des va-nu-pieds. La députée les accueille chez elle, ce qui lui vaut une réputation de Bonne Samaritaine. Dans les faits, ces adoptions sont souvent illégales, jamais régularisées et les parents biologiques n'ont pas toujours leur mot à dire.

À lire aussi
Une cour d'assises (illustration) faits divers
Pays basque : 30 et 20 ans de prison requis pour un double parricide

C'est à cette époque qu'elle repère un garçon qui assiste régulièrement à ses offices, Anderson do Carmo. Il a 14 ans, elle en a 30, mais elle craque complètement pour lui. Alors ni une ni deux, elle l'adopte. Et trois ans plus tard, la passion l'emporte, elle l'épouse. Ensemble, ils gèrent la tribu des enfants perdus, ils prêchent dans plusieurs églises... C'est un couple glamour, ultra populaire. Il y a deux ans, c'est la consécration : la mère des favelas est élue députée.

Accusée d'avoir orchestré le meurtre de son mari

Mais à l'été 2019, la vie de Flordelis dos Santos bascule. Dans la chaleur de la nuit Carioca, Anderson do Carmo s'effondre dans son garage, le corps criblé de balles. Devant la police et les caméras, la députée apparaît en larmes. Elle parle d'un cambriolage qui a mal tourné. À voir...

Dès le lendemain, le tireur est identifié : c'est Flavio, 38 ans, l'un des fils biologiques de Flordelis. La police retrouve aussi celui qui aurait acheté l'arme du crime : Luca, 18 ans, enfant adopté. Au fil de l'enquête, le voile se déchire. Selon plusieurs témoins, le couple entretenait des relations sexuelles régulières avec plusieurs des enfants adoptés. Flordelis aurait aussi offert ses filles adoptives à des pasteurs de passage à Rio.

Les conclusions de l'enquête sont tombées fin août : la Bonne samaritaine a tout organisé, c'est elle qui a fait de ses fils ses assassins.

Flordelis continue de clamer son innocence

Dans ce polar sauce samba, le mobile du crime est universel: l'argent. Anderson tenait serrés les cordons de la bourse familiale, et surtout, il ne voulait pas que certains enfants soient plus favorisés que d'autres. Flordelis refusait de divorcer, pour ne pas ternir son image de pasteur modèle. La députée aurait donc décidé d'éliminer son mari, qui était aussi son fils on le rappelle.

Six fois au moins, elle a tenté de l'empoisonner à l'arsenic, sans succès. Elle s'est alors rabattue sur une mort par balles. Elle aurait souhaité qu'Anderson souffre un maximum et sur ce point, elle a réussi, le pasteur a agonisé pendant des heures. 

Pourtant, Flordelis dos Santos est toujours libre, protégée par son immunité parlementaire. Une procédure est en cours pour la faire lever mais la députée continue de clamer son innocence. Tout récemment, elle a posté sur les réseaux sociaux un message d'amour "je n’arrive pas à m’habituer à vivre sans toi. Ce qui m’apaise, c’est la certitude qu’un jour, je vais pouvoir te retrouver."  Incroyable histoire à retrouver dans M et sur le site du Monde.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Meurtre Brésil
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants