3 min de lecture Brésil

Coronavirus au Brésil : déni de Bolsonaro, favelas en danger... Le point sur la situation

Le plus grand pays d'Amérique latine fait lui aussi face à l'épidémie. Le ministre de la Santé alerte sur le manque de moyens, Jair Bolsonaro, lui, ne prône toujours pas le confinement.

Jair Bolsonaro admet enfin que l'épidémie de coronavirus est "un défi" majeur
Jair Bolsonaro admet enfin que l'épidémie de coronavirus est "un défi" majeur Crédit : EVARISTO SA / AFP
Photo Esther
Esther Serrajordia et AFP

Le Brésil, plus grand pays d'Amérique latine qui compte 210 millions d'habitant, comptabilise plus d'un quart des contaminations du continent, avec 822 morts et 15.927 cas confirmés, selon le dernier bilan donné mercredi 8 avril par le ministère de la Santé.

Si, au début de l'épidémie, le président Jair Bolsonaro parlait "d'une petite grippe", il a admis mardi 7 avril que le Covid-19 constituait "le plus grand défi" posé à sa génération, tout en maintenant que la lutte contre la pandémie ne devait pas nuire à l'économie. 

Jair Bolsonaro n'a en effet cessé de minimiser l'ampleur de l'épidémie due au coronavirus et a fustigé les mesures de confinement prises dans le monde et par la majorité des États brésiliens, leur opposant la nécessité de préserver l'économie et l'emploi. "L'effet collatéral des mesures prises pour combattre le coronavirus ne peut pas être pire que la maladie elle-même", a-t-il justifié.

Le ministre de la Santé favorable au confinement

Le chef de l'État a ignoré toutes les preuves scientifiques. La posture de Jair Bolsonaro est défendue par certains chefs d'entreprises, mais aussi des pasteurs d'églises néo-pentecôtistes, notamment l'influent Edir Macedo, pour qui l'idée d'imposer une distanciation sociale est "une tactique de Satan". 

À lire aussi
De l'hydroxychloroquine (illustration) Brésil
Coronavirus : l'utilisation de l'hydroxychloroquine est maintenue au Brésil

Le ministre de la Santé Luiz Henrique Mandetta est lui favorable à des mesures de confinement, et a lancé un appel samedi 4 avril, affirmant que le Brésil manquait de tout pour affronter l'épidémie, notamment de respirateurs, de lits de soins intensifs, de personnel qualifié et d'équipements de protection et de tests de diagnostic.

Une situation difficile dans les favelas

Selon les données du recensement de 2010, quelque 11,5 millions de Brésiliens vivent dans des favelas, dites "agglomérations anormales" dans le jargon administratif. Une situation particulièrement compliquée pour ces habitants. S'ils sortent, ils s'exposent au coronavirus, s'ils restent chez eux, ils risquent de mourir de faim

La plupart des habitants travaillent dans le secteur informel et ne peuvent plus gagner leur vie s'ils restent confinés. De plus, la distanciation sociale recommandée pour éviter la propagation du virus est un défi quotidien dans ces quartiers très densément peuplés, où des familles nombreuses vivent souvent dans une ou deux pièces.

C'est pourquoi le ministre brésilien de la Santé a dit mercredi vouloir dialoguer avec les trafiquants de drogue et les milices qui sévissent dans les favelas, pour mieux lutter contre l'épidémie. "Il faut comprendre la culture, la dynamique (des favelas). Nous devons comprendre que ce sont des lieux où l'Etat est souvent absent, que celui commande là-bas est le narcotrafiquant, que ceux qui commandent là-bas sont les milices", a-t-il affirmé. Pour le ministre, les "narcos" ou les chefs de milice sont aussi des "êtres humains" désireux de "collaborer, d'aider, de participer". Un premier "test" a été effectué, a ajouté le ministre, sans plus de précisions.

La crainte pour les populations indigènes

Un premier cas de coronavirus au sein des populations indigènes Yanomami vivant au Brésil, un adolescent de 15 ans, a été confirmé mercredi par le ministre brésilien de la Santé.

Avec ce nouveau cas, ce sont au moins sept indigènes brésiliens à avoir été infectés par le coronavirus, selon le journal O Globo. Les Yanomami, qui sont environ 27.000 au Brésil, ont été décimés à l'instar d'autres ethnies dans les années 1970 par les maladies propagées par les colons européens et l'arrivée de chercheurs d'or sans scrupules. Le Brésil compte près de 800.000 Amérindiens de plus de 300 ethnies.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Brésil Coronavirus Confinement
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants