2 min de lecture Enseignants

Belgique : un instituteur suspendu après avoir montré une caricature de Mahomet en classe

Un enseignant a été suspendu à Bruxelles après avoir montré en classe une caricature publiée par "Charlie Hebdo" montrant le prophète Mahomet nu à quatre pattes.

Une école (illustration)
Une école (illustration) Crédit : AFP / Archives, Mychèle Daniau
Florise Vaubien
Florise Vaubien et AFP

Deux semaines après l’assassinat de Samuel Paty, enseignant décapité aux abords du collège de Conflans-Saint-Honorine après avoir montré des caricatures de Mahomet, un instituteur a été suspendu cette semaine à Bruxelles pour des faits similaires. Il avait diffusé à ses élèves de 10-11 ans une caricature publiée par "Charlie Hebdo" montrant le prophète Mahomet nu à quatre pattes. Un dessin qui a été jugé "obscène" par sa direction. 

Le faits se sont déroulés à Molenbeek-Saint-Jean, dans la banlieue de Bruxelles, dans le cadre d’un cours sur la liberté d’expression, d’après les informations du quotidien La Libre Belgique

Rachid Barghouti, le porte-parole de la bourgmestre (maire) de la commune, Catherine Moureaux, rapporte que "deux ou trois parents" se sont plaints à la direction de cette école qu'une caricature qui dévoile les parties génitales du prophète soit brandie devant "des enfants de 5e et 6e primaire".

Notre décision est uniquement basée sur le fait qu'il s'agit d'images obscènes

Rachid Barghouti, le porte-parole de la bourgmestre de Molenbeek-Saint-Jean Catherine Moureaux.
Partager la citation

Le directeur de l’établissement a dénoncé l’initiative de l’instituteur à l’autorité de tutelle, à savoir les élus de l'exécutif municipal. L'enseignant "a été entendu jeudi par le collège communal (la bourgmestre et ses adjoints) et écarté", a expliqué M. Barghouti. "Ce n'est pas une sanction, cela revient à lancer la procédure disciplinaire", a-t-il ajouté.

À lire aussi
Un lycéen jugé ce jeudi 19 novembre pour avoir proféré des menaces de mort envers une professeure faits divers
Annecy : un lycéen jugé pour menaces de mort envers une professeure

Une nouvelle audition devant les mêmes élus se déroulera jeudi prochain pour décider d'une éventuelle sanction. "Notre décision est uniquement basée sur le fait qu'il s'agit d'images obscènes, si ça n'avait pas été le prophète, on aurait pris exactement la même décision", a affirmé le porte-parole de Catherine Moureaux, la bourgmestre socialiste qui gère la ville en coalition avec les libéraux francophones.

Molenbeek-Saint-Jean : un berceau du djihadisme

Selon Rachid Barghouti, aborder à l'école la liberté d'expression "est important, il n'y a aucune censure par rapport à ça". Il estime toutefois que "cela doit se faire dans un cadre un tout petit peu pensé, réfléchi". "Montrer de manière brute des images obscènes à des enfants aussi jeunes, ça n'est pas très malin sur le plan pédagogique", a-t-il déclaré.

Molenbeek-Saint-Jean, commune populaire d'environ 100.000 habitants, compte une importante communauté d'origine marocaine. 

La ville avait acquis la réputation d'être un berceau du djihadisme en Europe quand l'enquête franco-belge sur les attentats parisiens du 13 novembre 2015 avait mis en évidence que plusieurs assaillants en étaient originaires.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Enseignants Mahomet Religions
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants