2 min de lecture Abdelaziz Bouteflika

Algérie : l'armée ouvre la voie au départ d'Abdelaziz Bouteflika

En Algérie, le chef d'état-major de l'armée demande mardi 26 mars le recours à l'article 102 de la Constitution pour destituer Abdelzaziz Bouteflika de ses fonctions.

RTL Soir On Refait le monde - Sotto RTL Soir Thomas Sotto iTunes RSS
>
Algérie : le chef de l'armée demande de déclarer Abdelaziz Bouteflika inapte à exercer ses fonctions Crédit Image : RYAD KRAMDI / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
Isabelle Choquet
Isabelle Choquet édité par Cassandre Jeannin

Nouveau rebondissement dans la vie politique algérienne. Alors qu'Abdelaziz Bouteflika a renoncé à briguer un cinquième mandat, reportant l'élection présidentielle à une date inconnue, le chef d'état-major veut ouvrir la voie à la destitution du président. Il a demandé mardi 26 mars que soit engagée la procédure prévue par l'article 102 de la Constitution. Elle permet d'ouvrir la voie au départ du chef d'État en cas d'"impossibilité totale" d'exercer ses fonctions. 

"Il devient nécessaire, voire impératif, d'adopter une solution pour sortir de la crise, qui répond aux revendications légitimes du peuple algérien, et qui garantit le respect des dispositions de la Constitution et le maintien de la souveraineté de l'État", a déclaré le général Ahmed Gaïd Salah, dans un discours diffusé à la télévision nationale. 

L'article 102 de la Constitution prévoit : "Lorsque le président de la République, pour cause de maladie grave et durable, se trouve dans l'impossibilité totale d'exercer ses fonctions, le Conseil constitutionnel se réunit de plein droit et, après avoir vérifié la réalité de cet empêchement par tous moyens appropriés, propose, à l'unanimité, au Parlement de déclarer l'état d'empêchement".   

Affaibli depuis 2013 par les séquelles d'un accident cardiovasculaire cérébral, le président algérien, 82 ans, est confronté depuis plus d'un mois à une contestation sans précédent depuis son arrivée à la tête de l'État en 1999. 

Que se passera-t-il si le président est destitué ?

À lire aussi
Les Algériens manifestent depuis le mois de février pour la création d'institutions de transition qui ne soient pas dirigées par des anciens membres du gouvernement d'Abdelaziz Bouteflika. élection présidentielle
Algérie : le chef d'un parti pro-Bouteflika, 1er candidat enregistré à la présidentielle

Si la procédure aboutit, qu'Abdelaziz Bouteflika est destitué à cause de son état de santé, c'est le président du Conseil de la Nation qui prendra l'intérim pendant 90 jours maximum. Pendant cette période, une nouvelle présidentielle devra être organisée. 

Cette solution serait "à même d'aboutir à un consensus de l'ensemble des visions, et de faire l'unanimité de toutes les parties", a indiqué le chef d'état-major de l'armée algérienne. La procédure sera proposée à Bouteflika par le président du Conseil constitutionnel Tayeb Belaiz, un fidèle du chef de l'Etat et l'un de ses conseillers. Selon nos informations, le Conseil constitutionnel serait actuellement réuni en conseil de crise. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Abdelaziz Bouteflika Présidentielles Élection présidentielle
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants