1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. A quoi ressemblera la présence française au Sahel sans Barkhane ?
2 min de lecture

A quoi ressemblera la présence française au Sahel sans Barkhane ?

ÉCLAIRAGE - Emmanuel Macron a annoncé la fin de l'opération Barkhane, mais des soldats resteront au Sahel pour la coopération avec les armées locales et leur formation.

Des soldats français de l'opération Barkhane au Mali, le 2 janvier 2015.
Des soldats français de l'opération Barkhane au Mali, le 2 janvier 2015.
Crédit : DOMINIQUE FAGET / AFP
A quoi ressemblera la présence française au Sahel sans Barkhane ?
01:51
Brice Dugénie
Journaliste

Barkhane, ce sera bientôt terminé. Emmanuel Macron a annoncé jeudi 10 juin la fin de l'opération militaire française dans le Sahel "en tant qu'opération extérieure". "A l'issue de consultations [...] nous amorcerons une transformation profonde de notre présence militaire au Sahel", a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse en évoquant la mise en œuvre "d'une alliance internationale associant les États de la région".

"Nous avons toujours dit que Barkhane n’était pas éternel et que notre dispositif devait sans cesse varier ses effets face à des groupes terroristes qui s’adaptent sans cesse", a expliqué la ministre des Armées Florence Parly ce vendredi 10 juin sur franceinfo.

Cela ne veut pas dire qu'il n'y aura plus de militaires français au Sahel dans les jours ou les mois qui viennent, mais qu'il y en aura moins. La France souhaite poursuivre la formation des armées africaines, la coopération et l'appui aux forces locales et la participation de ses forces spéciales

Vers une nouvelle alliance internationale ?

Mais Paris veut surtout que les alliés américains et européens s'engagent davantage dans le cadre d'une nouvelle alliance internationale dont le nom ne serait plus Barkhane. Une alliance dans laquelle les rôles et les responsabilités seraient redéfinis. Selon Emmanuel Macron, le général Lecointre, le chef d'Etat major des armées y travaille depuis un an pour assurer un retrait progressif. "Ce travail d’adaptation a été initié depuis des mois. Le président de la République a considéré que le moment était venu. C’est possible parce que les Européens sont de plus en plus présents, c’est une dynamique extrêmement puissante", a assuré Florence Parly sur franceinfo.

À lire aussi

Le message s'adresse également aux pays africains, notamment au Mali. Le double coup d'Etat,  les velléités de négociations des autorités maliennes avec les groupes terroristes ont échaudé Paris qui a toujours été clairement contre. De son côté, la ministre des Armées assure qu'il n'y a "pas de rapport" entre ce dernier point et le retrait de Barkhane. 

Cette nouvelle organisation sera affinée dans les semaines à venir, sans calendrier de retrait précis à ce jour. D'après une source de l'AFP, ayant connaissance du dossier, les effectifs français devraient tourner autour de 2.500 personnes en 2023, contre 5.100 actuellement. "Le chiffre de soldats français restant n'est pas arrêté, peut être quelques milliers. Il restera une présence significative", a assuré l'Elysée, qui ajoute qu'un départ du Nord du Mali pourrait survenir "à l'horizon de l'automne". 

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/