2 min de lecture Environnement

Pollution des sols en France : un phénomène répandu et sous-estimé

Un rapport sénatorial révèle l'ampleur de la pollution industrielle des sols en France, encore mal évaluée par l'État, alors qu'il s'agit d'un vrai problème de santé publique.

ecologie La minute verte Jean-Mathieu Pernin iTunes RSS
>
Pollution des sols en France : un phénomène répandu et sous-estimé Crédit Image : AFP / Boris Horvat | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
micro générique
Jean-Mathieu Pernin édité par Benoît Collet

Le 10 septembre, des sénateurs ont rendus un rapport sur la pollution des sols en France et le constat est alarmant. Il s’agirait d’une pollution à grande échelle totalement sous-estimée. Sur les 320.000 anciens sites industriels et près de 3.200 anciens sites miniers, l'État ne sait pas combien ont été dépollués...

Selon cette étude sénatoriale, ces sites continuent à avoir un impact sur la santé des populations, sur l’environnement. Aucun coin du territoire ne serait épargné. Autant l’air que l’on respire fait l’objet d’un intérêt législatif, l’eau que l’on boit scrutée de près, autant le sol sur lequel on marche intéresse moins...

Voilà pourquoi les sénateurs réclament un véritable droit des sols, beaucoup plus contraignant qu’aujourd’hui. Tout a commencé en 2018, quand la sénatrice de l’Aude, Gisèle Jourda, est alertée relativement à des cas d’intoxication à l’arsenic d’enfants et de nourrissons dans la vallée de l’Orbiel.

Les inondations ont fait recracher à la mine d’or, fermée 14 ans auparavant, les produits toxiques qui servaient à extraire le précieux métal. L'élue découvre que ce problème est d’ampleur nationale, comme à Vincennes où, en 2017, un collège a fermé car situé sur une ancienne manufacture mal dépolluée. Même ville, 15 ans plus tôt. Des cas de cancers pédiatriques sont découverts dans une école construite sur l’ancien site des usines Kodak.

Comment agir ?

À lire aussi
Les masques chirurgicaux peuvent-ils être lavés ? (illustration) Coronavirus France
Coronavirus : vers un recyclage des masques ?

Comme souvent en France, les textes sont là, il suffirait de les appliquer ou de les étendre. Par exemple, la commission demande à ce que la recherche par l’État de la responsabilité des exploitants jusqu'à trente ans après la fermeture soit vraiment appliquée, qu’une cartographie des pollutions soit réalisée... Des propositions non contraignantes sur lesquelles il serait temps de se pencher.

Le plus

Imposer un menu végétarien par semaine à la cantine. Voilà une idée qui permettrait de faire baisser les émissions de gaz a effet de serre. Le bureau d'analyse sociétale pour une information citoyenne (BASIC) a ainsi analysé les menus servis aux enfants dans les cantines : avec viande, végétarien ou végétalien.

Si un menu végétarien était servi une fois par semaine à tous les élèves, comme le permet la loi Egalim, cela permettrait de réduire les émissions de gaz à effet de serre liés à l'approvisionnement des cantines de 14 à 19%, voire de 41 à 51 % si deux repas sans viande étaient servis par semaine.

La note

20/20 aux pompiers américains. Ils se battent actuellement sur la côte ouest pour tenter de freiner et de stopper le plus grand incendie de l’histoire de cette région américaine. L’État de l’Oregon a vu 6 petites villes partir en fumée et 500.000 personnes ont du être évacuées, soit 12% de la population de cet État.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Environnement Pollution Industrie
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants